samedi 19 octobre 2013

Inadmissible silence ! (Actualisé 22 / 03 /20104)


L'autisme de nos soit-disant "élites"


Pendant que les médias Français s'excitent sur un cas individuel pour opposer deux courants de l'actuelle majorité, ils ont passé sous silence un grand moment pour l'industrie Française.

Il est vrai que faire tourner les entreprises Française n'est pas bien intéressant : Cela n'a d'autre résultat que de maintenir ou développer l'emploi et réduire le chômage. Broutilles ! Cela ne fait pas d'audimat.

Il se trouve que le soir, en général, je jette un œil sur le site d'Aviation Week pour voir si il y a des nouvelles intéressantes.

Il y a bien rarement des informations qui concernent notre pays...

Il se trouve que hier soir (18 Octobre 2013), j'ai pu lire une grande nouvelle que AW&ST avait reprise de cette adresse : Les chantiers de Saint Nazaire avaient lancé le premier BPC Russe, baptisé à l'occasion  Vladivostok.

La cérémonie avait eu lieu le 15 octobre et, bien que me tenant régulièrement informé et croisant les médias nationaux, je n'avais pas entendu un traître mot sur le sujet.

J'ai regardé la vidéo médiocre tournée par Naval Recognition.

Je me suis dit que mon pays marchait sur la tête...

Surprise positive cependant, ce matin 19 Octobre, LCI, dans confidentiel défense, reprend cette information et la même vidéo, telle quelle (donc à faible définition).


Pourquoi saboter cette cérémonie ?



Voilà une question pour laquelle, n'étant pas dans le secret des Dieux, je ne peux qu'envisager des hypothèses, non des réponses.

Je me souviens qu'après la signature de l'accord sur les BPC entre le Président Sarkozy et le Président Medvedev, les dirigeant des pays partenaires de l'OTAN qui jouxtent la Russie, poussés par des politiciens appartenant aux lobbies bellicistes du congrès des Etats-Unis, ont protesté.

Cela ne m'a fait ni chaud ni froid, d'abord parce que leur situation n'est pas celle de 1939, Staline et Brejnev ont disparu.

Ensuite, lorsqu'il s'agit d'acheter des armes, ils boudent systématiquement les nôtres.


Mais, surtout, les Russes ne sont pas nos ennemis.

Pendant la Guerre Froide, certes, les communistes avaient des intentions hégémoniques.

Mais au lieu de libérer les pays qu'ils conquéraient, ils en faisaient de vulgaires colonies.

Le résultat fut ce que les gens de ma génération ont pu constater : L'effondrement d'abord du système colonial soviétique et celui de l'URSS ensuite.

Le peuple Russe a payé de son sang son énorme bataille contre Hitler : Il ne peut pas être vu comme ennemi a priori.



La vente des BPC à la Russie est la démonstration de la qualité de nos ingénieurs, techniciens et ouvriers des chantiers navals.

Alors, cela mérite un grand coup de chapeau, pas un coup d'éteignoir.

Si c'est nos dirigeants actuels qui ont décidés un tel silence juste pour faire oublier le président Sarkozy en tant qu'initiateur du contrat, il y a lieu de se poser des questions sur leur santé mentale.

Normalement, les dirigeants changent, la France reste !


Addendum

Depuis que j'ai écrit ce texte, la Russie a récupéré la Crimée à partir du référendum populaire du 16 Mars. 

Un certain nombre de lobbies s'expriment violemment en Occident pour appeler à venger l'affront.

Curieusement, l'Allemagne, si absente en général sur le terrain guerrier depuis 1945, exige des actions puissantes pour punir la Russie. Pour sa part, elle bloque le départ d'un simulateur d'une valeur de 100 Millions d'euros. 

J'imagine qu'elle agit dans ce sens pour augmenter ses ventes dans les pays situés entre elle et la Russie. Je la comprends, ce n'est pas notre problème, mais juste le sien.

Mr Fabius, ci-devant ministre des Affaires Etrangères, envisage avec toute la légèreté des puissants, d'annuler la vente des BPC à la Russie. La note serait autrement salée que pour l'Allemagne.

Quelques uns de ses amis évoquent le précédent de De Gaulle bloquant la livraison de 50 Mirage 5 à Israël après la Guerre des 6 Jours lancée par ce pays contre ses voisins.

Que l'on me permette de souligner le parfait contre-sens d'une telle assimilation. 

Israël, en 1967, ne craignait rien, n'avait pas été attaqué et disposait d'une énorme supériorité militaire sur tous les plans. Sa guerre avait juste été une guerre de conquête menée brillamment, certes, mais sans aucun risque. 

Cette guerre a eu pour résultat celle du Kippour, dans laquelle, n'eut été la brillante intelligence d'Ariel Sharon, les pertes Israéliennes auraient pu atteindre un niveau très dramatique. 

Mais, en Crimée, la Russie a juste récupéré un territoire stratégique qui lui est propre.

Alors, tenons nos promesses, faisons tourner nos entreprises et ne nous trompons pas de combat.






6 commentaires:

  1. Un billet d'humeur donc mais qui fait réfléchir, ce à quoi je me suis donc modestement attelé.
    Une constatation partagée, la livraison d'un "fleuron" de notre industrie ne fait dans les média que d'insignifiant encart. Pourtant j'écoute quotidiennement BFM Business radio qui pourtant porte haut les intérêts de l'industrie française et je n'étais pas au courant non plus par leur biais (le site Mer et Marine est ma source pour ces affaires).
    Tout d'abord j'exclus un oukase du gouvernement exhortant les média à se taire sur cette info en vue de faire oublier Sarkozy, l’intérêt est insignifiant. Le tort est donc partagé.
    Désintérêt serait plutôt le maitre-mot. Désintérêt du gouvernement pour ce contrat dont effectivement ils ne peuvent se targuer. Sans la présence d'au moins le premier ministre les média ne vont pas se déplacer.
    Désintérêt de ces mêmes média pour les livraisons contrats militaires. Même une livraison à notre propre marine ne fait guère les titres sauf à être celle d'un porte avion ou au minimum un SNLE. Pour une frégate un entrefilet est une victoire. Je ne sais pas si dans les autres pays c'est la même chose; si vous avez des info pour l'Angleterre ou américaine nations maritimes s'il en est...
    Il y a maintenant l'aspect Russie. Vous dites que cette nation n'est plus un ennemi ce qui est vrai et d'ailleurs nous n'avons plus d'ennemi étatique ce qui est d’ailleurs un problème pour la définition de notre outil militaire. Nous avons de fort flux commerciaux avec la Russie aussi bien à l'achat (gaz) qu'à la vente. Cet état de fait est bon et doit être même augmenté dans la mesure du possible et avec des ventes de matériels militaires pourquoi pas. Néanmoins avouons que la Russie n'est pas une nation "aimable" elle reste un "bad boy", autoritaire et rugueux aussi bien en interne qu'en externe.
    En conclusion: Le gouvernement actuel n'a sans doute pas voulu une cérémonie importante avec par exemple une présence Hollande/Poutine ou Ayrault/Medvedev
    car ils n'en auraient tiré aucun bénéfice politique d'une exposition médiatique avec une Russie Poutinienne . Si nous avions vendu ce BPC à disons, l'Australie en aurait-il autrement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher ami, nous sommes globalement d'accord.
      Ma seule nuance est sur la Russie.

      C'est vrai qu'elle est rugueuse et heureusement pour son propre peuple.

      C'est une grande nation qui se défend contre d'innombrables tentatives externes de déstabilisations.

      Il n'existe pas de nations "aimables".

      Nos amis Britanniques ne sont pas aimables, ils montrent chaque jour un égoïsme confondant que nous nous refusons par paresse à faire sauter.

      Nos amis US nous espionnent bien au delà de leurs problèmes de sécurité et notre pays ne proteste que pour la forme (mais cela fait oublier les problèmes de notre exécutif).

      La Russie actuelle est une vraie république, avec de vraies élections, ce qui n'était pas le cas il y a 30 ans.

      Après plus de 70 ans de dictature et 10 ans de déliquescence anarchique dramatique pour les petites gens, elle a retrouvé une voix écoutée et son économie commence à exister.

      Le progrès est saisissant.

      Quant à ses affaires intérieures, en tant que Français, je ne vois pas avec quelle légitimité je m'en mêlerai.

      Je sais, nous l'avons fait en tant que puissance coloniale.

      Justement, je connais bien cet univers colonial pour y être né (de fonctionnaires Français).

      C'est pourquoi je ne reconnais à aucun pays le droit d'ingérence dans les affaires de mon pays ni d'aucun autre pays.

      Je regrette surtout que ce succès à l'exportation n'ait pas été salué.


      Supprimer
  2. Il est vrai que les états sont des monstres à sang froid. Les discours sur l'amitié qui lie certains peuples cachent mal que seul l’intérêt guident les états.
    Nous chérissent les américains qui sont morts dans le nord en 1917 et en Normandie en 44 mais ne pouvons fermer les yeux sur l'espionnage et la tendance à la satellisation qu'exerce sur nous les USA.
    La Russie est une vrai république mais pas encore une vrai démocratie (qui est un idéal sans doute inatteignable) mais l'histoire n'a pas de fin tant qu'il y a des hommes et on ne sait pas si dans les décennies à venir si elle ne nous donnera pas des leçons de démocratie.
    Ce manque actuel et peut être temporaire de démocratie fait que si on peu admirer et même apprécier le peuple et la culture russe il est difficile de se sentir proche de la Russie prise dans sa globalité et de l'image quelle donne.
    Pour les affaires intérieures des nations il y a une gradation dans "l'ingérence".
    Recevoir le Dalaï lama est ce de l'ingérence ?
    Avoir des relations diplomatiques et militaire (mirage 2000) avec Taïwan est ce de l'ingérence ? parce que tel est le discours de la Chine mais si on l'accepte on expose ainsi notre propre faiblesse et incitons cette même Chine à accentuer son avantage sur le plan économique par exemple.
    Regretter que les libertés démocratiques soient fragiles en Russie (bel euphémisme) est ce de l'ingérence ?
    Il me semble que Moscou s'est bien ingéré plutôt brutalement dans les affaires intérieures de la Géorgie...
    L'ingérence des puissances dans les affaires des autres s'immisce naturellement dans les failles, divisions et faiblesses des états et nations, c'est pratiquement inévitable.





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous posez très bien le problème des relations internationales.

      Autant recevoir le Dalaï Lama n'a rien à voir avec la politique la vie Chinoise, autant la vente d'arme à un pays quel qu'il soit dépend d'un rapport de force.

      Lorsque Moscou s'est "ingéré" dans la vie Géorgienne, ce ne fut qu'après une action de guerre Géorgienne (parfaitement menée sur le plan aérien) et une énorme bévue de l'armée de terre du Pdt Sakashvilli (la non destruction du tunnel d'accès Russe vers l'Ossétie du Sud.

      Mais, au niveau Démocratie, il y a beaucoup à faire, partout.

      Toute personne publique qui tend à manipuler les citoyens d'un pays au profit d'un groupe quelconque agit contre la Démocratie.

      Ça en fait, du monde !

      Supprimer
  3. Autre silence : savez vous que les champions du monde homme et femme de voltige aérienne 2013 sont français ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je le sais, et même que cela fait un bout de temps que nos couleurs sont brillantes dans le domaine de la voltige aérienne.

      Cela s'était construit en bonne partie grâce au travail de Monsieur Mudry, grand constructeur des avions CAP 10, 20, 21, 230, 232.

      Puis nous avons laissé tombé les avions Mudry, pourtant internationalement réputés.

      Mais je n'en parle pas parce que d'une part, c'est un peu en dehors de mon sujet, et aussi parce que j'ai vu un joli reportage sur le sujet aux infos TV le lendemain midi.

      Vous savez tout...

      Supprimer