mercredi 23 octobre 2019

Portail de Navigation dans mon Blog (mise à jour du 23 / 10 / 2019 **)


L'Aviation selon Drix, blog essentiellement thématique, ne constitue pas une série de réflexions inscrites dans une chronologie au jour le jour comme la plupart des autres blogs.

Mes articles sont destinés à approfondir des questions qui concernent en général l'Aviation (mais pas seulement) pour essayer de comprendre les conséquences de certains choix. 

Lorsque cela m'est possible, j'essaye d'affiner chacune de mes interventions, soit pour corriger des rédactions trop rapides, soit parce que j'ai eu accès à des sources qui m'étaient jusque là inconnues...

En conséquence, et pour faciliter votre consultation, voici les principales portes d'entrées vers les divers thèmes traités.


|---- La Guerre de 1914-1918 vue par un poilu inhabituel, 
|        mon grand-père maternel, artiste peintre, qui avait été rejeté 
|        du service militaire (vers 1900) après un an sous les drapeaux. 
|        Malgré sa fragilité supposée, il résista cependant à quatre
|        années de guerre, passa de l'Artillerie de 75 à la Reconnaissance 
       Aérienne et joua un rôle décisif contre l'ennemi, une fois que
|        ses compétences eurent été comprises et... employées
        
|
|---- La mauvaise politique de l'Entre-Deux-Guerres : Elle fut
|        responsable, pour l'essentiel, de la défaite Alliée de Juin 1940. 
|        Des crédits trop parcimonieux pour l'Aviation, trop généreux  
|        pour la Marine, le refus de voir l'évolution du Monde et des
|        techniques, la sacralisation de la routine et le clientélisme
|        politique poussé au ridicule, en furent les traits dominants.
|
|
|
|---- Notions et Techniques de l'Aéronautique, pour vous aider,  
|      si le besoin s'en fait sentir. 
|
|---- La Marine et le Fait Aéronaval : Quand l'Aviation et la Marine se rejoignent...
|        Dans l'Histoire, la Marine fut le premier moyen de projection à avoir existé.
|        L'Aviation fut le second, tellement fragile au départ, tellement chère aussi. 
|        Une alchimie qui commença un peu trop tard chez nous, mais qui a fini
|        par réussir, dès 1946.
|
|---- Problèmes communs à toutes les Aviations Militaires :
|
|     |-- Maniabilité,  Agilité,  Manœuvrabilité : Peu importe le mot. 
|     |    Il s'agit toujours de ce qui permet à un pilote de Chasse de 
|     |     faire faire ce qu'il veut à son avion. Cela repose sur des 
|     |    principes de physiques, mais aussi sur des compromis
|     |    parce qu'un avion seulement très agile ne suffit pas.
|     |     Les Japonais furent très innovants dans ce domaine
|
|     |-- Bases élémentaires du bombardement (première partie de l'article), 
|     |     la seconde partie présente le bombardier Bloch 210, très dénigré 
|     |     avant la guerre par des journaux de caniveau. Dans la guerre réelle,
|     |     ses faibles pertes reflètèrent le bon entraînement des équipages...
|     | 
|     |-- Le bombardement en piqué, excellente méthode pour la précision.
|     |
|     |-- La protection des bombardiers : En 1939, certains chefs croient les 
|     |    bombardiers invulnérables : Ils vont déchanter rapidement.
|     |    Face à la Chasse adverse, il y a la Chasse amie et rien d'autre...
|     |
|     |-- L'aviation de Chasse, gardienne du ciel, maîtresse des stratégies de 
|     |   conquête comme de défense.
|     |
|     |-- Eléments de tactiques aériennes en 1940.
|     |
|     |-- Cacher ou fausser des informations pour dominer les autres :
|     |   Efficace seulement pendant un bref instant.
|
|        Un échec programmé de longue date : Analyse aussi détaillée 
|        que possible des forces et faiblesses des 5  puissances Alliés en 1939.
|        Beaucoup de choix techniques, tactiques et humains furent détestables. 
|          Nos chefs avaient trop peu travaillé pour comprendre les nouvelles       
|        conditions de guerre :  Ils ont perdu les batailles de Pologne et de France.
|        Heureusement, ils n'ont pas perdu la Bataille d'Angleterre.
|          Mais ils ont perdu celles des Balkans et toute l'entame de la Campagne
|          à l'Est, à cause des très mauvaises décisions de Staline. 
|        Merci à Joukov et à ses soldats d'avoir enfin bloqué la Wehrmacht !
|
|---- Les Aviations militaires de l'Axe en 1940 : Allemagne, Italie, Japon.
|        Chacune s'est lancée face à son ennemi emblématique :
|         Pour l'Allemagne, c'était la France, pour l'Italie, c'était le bolchevisme,
|         pour le Japon, c'était les Etats-Unis. Elles ont gagné les premières phases.
|        C'était juste un leurre. Après, elles ont tout perdu, y compris l'honneur. 
|
|       |
|       |-------  La Luftwaffe Allemande : Une conception initiale remarquable,
|       |           mais, surtout, des objectifs à moyen terme très mal compris.
|       |          
|       |
|       |------ Guderian prépare son offensive, sans oublier la Luftwaffe !
|       |         Evidemment, il va faire sa conversion vers l'Ouest (donc La Manche) 
|       |         pour prendre la totalité des armées Alliées dans sa nasse. 
|       |  
|       |
|       |
|       |------  La Regia Aeronautica Italienne : Prête pour 1935, elle eut
|       |          initialement du mal à évoluer. 
|       |           Les avions de 1941 furent très bons, les pilotes aussi.  
|       |           Le commandement : Quel commandement ?
|       |  
|       |
|       |   
|       |------ L'Aviation de la Marine Impériale Japonaise : 
|       |           Un niveau de départ extrêmement élevé, une conception 
|       |          particulièrement moderne du combat naval mais quelques 
|       |           blocages théoriques.
|       |
|       |          Elle mit en oeuvre le premier chasseur embarqué
|       |          apte à triompher de ses adversaires terrestres :
|       |          Le Mitsubishi A6M2 Zero-Sen.
|       |
|       |          La Marine Impériale voulait aussi un bombardier 
|       |          terrestre moderne capable de couler les navires ennemis :
|       |          Le Mitsubishi G3M (Nell aux USA) fut le premier dans l'arène. 
|       |
|       |          L'évolution technique de l'aviation militaire mondiale à partir
|       |          de 1936 montra à la Marine Impériale Nippone que le G3M 
|       |          n'était plus au niveau de la concurrence. Elle exigea un
|       |          bombardier bien plus performant : Ce fut le G4M (Betty aux USA)
|       |          qui devint la bête noire des Alliés.
|       | 
|
|-----|-- L'Aviation Civile de l'Entre-Deux-Guerres : Elle a conditionné 
|           l'histoire de la Guerre, à la fois techniquement et financièrement. 
|           Les avions qui se vendaient faisaient tourner les usines et
|           permettaient d'investir pour créer un outil industriel efficace.
|           
|       |---  Les courses et les records de vitesse des avions terrestres :       
|       |       Ils ont modifié la fiabilité des moteurs et des cellules,  ils ont
|       |      permis aux ingénieurs de bien apprendre l'aérodynamique des          
|       |      petits détails.           
|        |       Les foules ont vibré des exploits des pilotes héroïques dont la vie
|        |       tenait si à peu de chose.
|       |     
|       |---  
|        |                
|       |     
|       |
|        |                
|        |-- Les Grands Raids et la concurrence des Nations. Cela a défini
|        |      de nouvelles normes de construction, de navigation et de 
|        |     méthodologie.
|        |
|        |---- La Traversée de l'Atlantique Nord, immense enjeu 
|        |      technologique, économique et politique,.
|        |      en un mot : Stratégique.
|
|
|---- L'Aviation du présent (ou du passé récent, voire du futur)
|      Tenter de comprendre le présent et d'imaginer l'avenir ne tue pas.
|      Parfois, certaines mauvaises habitudes remontent loin dans le passé.
|      Mais il y a aussi d'extraordinaires réussites !
|
|
|---- Hommage et Souvenirs : Ce dont la France doit tirer la ou les leçon(s)
|
|---- Pourquoi ce Blog : Raison d'exister, conception, auteur
|


2 commentaires:


En parcourant ce blog, non seulement j'en ai appris énormément sur l'aviation mais j'a plusieurs questions qui me viennent en tête :
-Pourquoi la nationalisation des entreprises d'aéronautiques fut mauvaise selon vous ?
-Imaginez que vous être le grand patron de l'armée de l'air durant les années 30 et que vous devez choisir une société pour concevoir les différents types d'avions de notre armée de l'air. Quelles auraient été les bonnes entreprises selon vous (par exemple, choisir Amiot devra construire les bombardiers tactiques, Dewoitine s'occupera des chasseurs etc)
RépondreSupprimer

Réponses
  1. Bonjour Romistanker 73306.
    I - les nationalisations ont été faites suivant un schéma semi-soviétique, avec, cependant, une indemnisation des industriels lésés. La vision marxiste qui les sous-tendait était ultra-simpliste (donc apparemment facile à comprendre) et, de ce fait, totalement erronée : Tout ce qui ne marchait pas venait du capitalisme.
    Personne ne voulait voir la réalité : Si certaines sociétés étaient bien gérées et donnaient des résultats excellents, d'autres étaient mal gérées et l'Etat lui-même refusait de payer les avions au juste prix ou d'acheter les meilleurs avions pour diverses raisons bizarres.
    L'indemnisations des fondateurs de ces sociétés coûta en plus de l'argent qui manqua pour lancer la production.
    Comme les administrateurs initiaux démontrèrent leur incapacité à faire tourner leurs entreprises, il fallu réintroduire les anciens patrons. mais ceux-ci étaient sous surveillance syndicale, donc la chaîne de commandement était grippée.

    II - Le patron de l'Armée de l'Air aurait dû veiller, à mon avis, à ce que les avions soient choisis pour leurs capacités en situation de combat.
    La seule expérience de combat simulé dont j'ai connaissance fut réalisée fin 1938 et démontra que le MS 406 ne valaient pas les avions de la génération précédente ! Le Nieuport 161 n'aurait pas souffert de ce ridicule achevé.
    Cela n'avait pas de rapport direct avec les entreprises.
    Il fallait disposer de créateurs libres.
    Pour mémoire, cependant, le Hurricane venait d'une société libre, mais le gouvernement Britannique refusa de donner la priorité au bien meilleur Gloster "No Name" F5/34 !
    Supprimer

Quelques mots sur les navires de ligne (cuirassés et croiseurs de bataille)





Les cuirassés, navires à vapeur protégés par une cuirasse métallique, ont commencé à servir dans les marines de guerre des "grandes puissances navales" dans la seconde partie du XIXème siècle. 
D'un autre côté, leur apparition coincide avec la mise au point des canons à chargement par la culasse et tirant des obus à la Paixhans (= chargés d'explosifs).

Ils ont été à l'origine de la disparition de la propulsion à voile.

Ces cuirassés, qui avaient un blindage en fer, avaient pris l'ascendant sur tous les autres navires de guerre existants : Les navires en bois ne pouvaient pas leur résister et leur artillerie, qui se composait de canons de plus en plus gros, était capable de tirer à des distances inimaginables 20 ans auparavant.

Les cuirasses en acier remplacèrent celles en fer vers 1880. 
Les cuirassés de cette génération reçurent une appellation rétroactive : ils étaient des pré-dreadnought, ce qui a pris très vite un sens péjoratif. 

Ils avaient pourtant servi dans deux guerres de conquête coloniales qui ont totalement changé la face du monde : 
  • La Guerre Hispano-Américaine de 1898, qui a permis aux USA de capter toute une série de marchés jusque-là  réservés à l'Espagne tout en leur fabriquant une pseudo-indépendance pour les anciennes colonies Espagnoles (les Philippines, Cuba, etc...) ;
  • La Guerre Russo-Japonaise de 1904-1905, qui a permis au Japon de conquérir la Corée et la Mandchourie.
Dans les deux cas, les pays vainqueurs avaient été sous-estimés par les état-majors de toutes les puissances vues comme bien plus fortes. 
Dans les deux cas, ils avaient bien mieux utilisé les technologies modernes que leurs adversaires.
Dans les deux cas, l'Angleterre avait favorisé les vainqueurs
Enfin, dans les deux cas, ce furent des batailles navales qui jouèrent un rôle décisif dans ces guerres :
  • Bataille de Santiago de Cuba, où la présence du seul cuirassé Jaime I aurait, dit-on, suffit à inverser le cours de l'histoire.
  • Bataille de Tsushima (27-28 Mai 1905), dans laquelle on peut certes admirer le talent de l'amiral Togo et de ses marins, mais aussi où l'on doit voir l'action de sape insidieuse de l'Angleterre qui multiplia les obstacles à la progression de la flotte Russe, lui interdisant le Canal de Suez et, de ce fait, qui fut à l'origine d'un important retard et de mauvaises conditions tactiques.


Plan d'engagement de la Bataille de Tsushima



En 1907, la Royal Navy disposait de 62 cuirassés, la France en comptait 36 et l'Empire du Kaiser en comptait seulement 12. 

Les Britanniques disposaient donc, à ce moment précis, d'une supériorité totale sur toutes les mers du globe.

La sortie du Dreadnought en 1906 changea encore plus la donne. 


Le HMS Dreadnought - On voit 2 des 3 tourelles orientées vers l'avant et les 2 tourelles orientées vers l'arrière.
Les barres inclinées collées à a coque sont les tangons des filets Bullivant anti-torpilles

Chaque pays se mit à croire que cette nouveauté était d'une grande efficacité et que tous les cuirassés anciens (s'il en avait) s'étaient trouvé périmés du jour au lendemain. 
Sortir un dreadnought devint un signe extérieur de puissance géopolitique. 

En réalité, ce n'était pas toujours vrai.

Si on compare le Dreadnought Britannique de 1906 à nos Danton, on a les valeurs suivantes (Source : Dumas et Prévoteaux, les Cuirassés de 18000 t, Lela Presse) :

Dreadnought  
Ds 18 400 t  ;  Dmax  21 050 t
L = 160 m ;  l = 25 m ; t = 9 m 
P = 23 000 Cv
V = 21.5 kts (en essais)
A = 6 600 nmi à 10 kts
C1 = 10 x 305/45 mm (masse obus 386 kg ; V0 = 831 m/s)
         portée max 15 000 m
Masse de bordée en 1 minute =  5 790 kg
Ceinture = 279 mm
Pont       = 76 mm
Tourelle  = 305 mm

---------------------------

Danton (et ses frères) 
L = 145 m ;  l = 25.8 m ; t = 9 m Ds 18 300 t  ;  Dmax  19 750 t
P = 22 500 Cv
V = 20.6 kts (en essais)
A = 5 500 nmi à 10 kts
C1 = 4 x 305 mm/45   (masse obus 436 kg ; V0 780 m/s)
         Portée max 14 500 m
C2 = 12 x 240 mm/50 (masse obus 221 kg ; V0  800 m/s)
Masse de bordée en 1 minute = 8 792 kg
Ceinture = 270 mm
Pont       = 102 mm
Tourelle  = 300 mm

---------------------------------------------------------

Les deux types de cuirassés étaient très proches l'un de l'autre. Leurs protections étaient semblables.

Les caractéristiques marines étaient très bonnes pour les Danton et les vitesse étaient très proches, le prototype Britannique ne faisant que 0.5 kts de mieux que le Voltaire.
Par contre, sur le plan de l'armement, la supériorité de l'artillerie Française paraissait importante vu qu'un Danton envoyait 3 tonnes de plus par minute que le cuirassé Anglais. 

Les dreadnoughts, plus grands, plus lourds, beaucoup mieux armés que les navires qui les précédaient, coûtaient donc bien plus cher, et cependant, la situation internationale poussant à l'évidence vers la guerre, leur nombre augmenta rapidement.

L'US Navy introduisit un perfectionnement important en supprimant les tourelles latérales de l'artillerie principale pour les installer à un niveau supérieur aux tourelles avant et arrière. Cela donnait une capacité de tir quel que soit l'état de la mer. Mais cela renchérissait encore le prix de ces navires.

Les 38 dreadnoughts et les 11 croiseurs de batailles ayant appartenu à la Royal Navy pendant la Grande Guerre firent tout juste leur travail.

Trop lents, ils furent incapables de s'opposer aux bombardements de Scarborough, Whitby et Hartlepool (côte NE de l'Angleterre sensu stricto) en 1914.  Ces bombardements avaient pour but d'énerver la Home Fleet de manière à en attirer une partie pour réduire la grande supériorité numérique Britannique sur la Hochseeflotte Allemande

Le succès Britannique dans la bataille du Dogger Bank (qui s'est déroulée quelque 150 km à l'Est des bombardements cités ci-dessus) fut obtenu grâce au déchiffrement du code Allemand et, de ce fait, à une nette supériorité numérique sur les Allemands. Mais l'insuccès Allemand fut parfaitement analysé et les erreurs commises furent parfaitement corrigées.


Cartes des 3 principales phases de la Bataille du Jutland - Les Anglais en bleu - les Allemands en Rouge.


La Bataille du Jutland ne fut en aucun cas une victoire de la flotte Britannique. 
Pour

Malgré une écrasante supériorité numérique, elle avait perdu 6 100 tués, 3 croiseurs de bataille, 3 croiseurs-cuirassés et 8 destroyers, contre 2550 tués, 1 croiseur de bataille, 1 pré-dreadnought, 4 croiseurs légers et 5 torpilleurs pour la flotte Allemande.

L'amiral Beatty, certainement un homme extrêmement courageux, fonça à la rencontre des croiseurs de bataille Allemands.  Le Lion de Beatty était mieux protégé que ses autres croiseurs de bataille. Mais ceux-ci avaient une protection encore plus sérieuse et cette phase de la bataille se termina par la destruction de l'Indefatigable (1015 tués)du Queen Mary (1266 tués) et de l'Invincible (1026 tués, dont l'amiral Hood).

Cette bataille indécise, très coûteuse en hommes et en navires, ne permit pas à la Home Fleet de détruire la flotte du Kaiser, bien au contraire. 

La flotte Britannique fut reconstituée et même améliorée, tandis que la Hochseeflotte ne fut pas réparée rapidement. 

Dans toutes ces batailles, le but permanent des amiraux fut de manœuvrer afin de barrer le T de la flotte ennemie, ce qui maximise la force de frappe de l'artillerie.


Les bleus barrent le T des rouges -
Toutes les tourelles noires des bleus tirent sur le premier des rouges dont seule la tourelle noire avant est active


Période 1939 - 1945

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les opérations navales ont très souvent impliqué des navires de ligne, c'est à dire des cuirassés ou des croiseurs de bataille.  

Mes lecteurs peuvent se souvenir que les expériences de Billy Mitchell(en 1921) avaient démontré la fragilité des plus solides de ces navires face aux attaques aériennes.

Ce furent d'abord les opérations des "corsaires" Allemands dans l'Atlantique Nord et dans l'Atlantique Sud. Il s'agissait d'empêcher les navires marchands de ravitailler le Royaume Uni.


L'intérêt tout à fait stratégique d'employer un navire de ligne dans la guerre de course est de pouvoir capturer des navires appartenant à l'ennemi, à la fois pour ravitailler le corsaire (en fuel comme en nourriture) et pour bloquer le ravitaillement ennemi.
C'est possible à un navire de ligne parce que tout navire de ce type dispose d'un équipage très important (1 000 à 2 500 hommes) dont on peut, sans difficulté, soustraire le nombre d'hommes nécessaires pour armer - au sens de faire naviguer - les navires capturés
Si la capture demande trop de temps, la destruction totale est une option plus simple...

Des escadres Anglo-Française furent employées pour contrer de telles opérations, mais il est symptomatique qu'aucun navire Français n'ait fait partie de celle qui coinça le Graf Spee en face de Montevideo (Uruguay). 

Les amiraux Britanniques ne cherchaient en aucun cas à développer la fraternité d'armes avec les nôtres, et encore moins de partager les lauriers d'une victoire navale (qui fut en fait un simple sabordage). 

Il en alla de même pour les opérations du Printemps 1940 en Norvège où nos navires furent cantonnés à des rôles certes utiles mais secondaires d'escorte et de reconnaissance : Notre Marine ne prit d'ailleurs, à ma connaissance, aucune initiative autonome en temps et en heure.



Quelques définitions 


De 1914 à 1945, un navire de ligne est d'abord un navire de guerre fortement protégé par une forte épaisseur de blindage (cuirasse). 
{En 1914, une épaisseur de 250 mm à la ceinture était bien vue, mais en 1935, une ceinture de 320 mm était devenue la base de travail.
Inutile de dire que les aciers de 1935 étaient bien plus protecteurs que ceux de 1914.}

C'est aussi un navire qui vise à détruire toute forme d'opposition militaire par l'emploi de canons puissants tirant des obus particulièrement destructeurs (je ne parle, en l'occurrence, que de l'artillerie principale, sans tenir aucun compte de l'artillerie opposée aux divers type de destroyers ni de l'artillerie anti-aérienne). 

Ce qui fait la puissance de ses canons tient dans plusieurs caractéristiques :
  • Le calibre des obus qui, en 1939, part de 280 mm pour monter jusqu'à 460 mm. Plus le calibre est grand, plus les dégâts causés à l'ennemi sont importants.
  • La masse de l'obus (ici, elle va de 300 kg à 1460 kg). En simplifiant outrageusement, elle se décompose en masse structurale et en masse d'explosif. Pour détruire un cuirassé adverse, la masse structurale doit être très forte, mais pour bombarder des personnels, la masse d'explosif doit être importante.
  • La longueur d'élan donnée à l'obus (exprimée en calibres) dans le tube du canon : Plus ce nombre est important, plus la vitesse de l'obus à la sortie du tube est élevée pour un même calibre. 
  • La portée maximale des obus, donnée en mètres, est une fonction de la vitesse à la sortie de la bouche du canon, de la  masse de l'obus et de sa forme aérodynamique. La portée maximale d'un canon est obtenue - théoriquement - à la hausse de 45°, pour un canon neuf et avec la charge propulsive la plus élevée compatible avec la résistance du canon.                                                                                         Pratiquement, cette portée n'a qu'une valeur publicitaire. Ainsi, le canon de 330 mm des croiseurs de bataille Français avait une portée maximale de 41 700 m (à 35°) mais la portée utile contre un navire de guerre n'atteignait pas 30 000 m. Par contre, cette portée maximale pouvait avoir un sens pour bombarder des objectifs terrestres.
  • La cadence de tir, qui s'exprime en nombre de coups par minute, caractérise la puissance de feu d'un navire de ligne. La masse d'une salve (ensemble des obus tirés au même moment par une tourelle) ou celle d'une bordée (ensemble des obus tirés à la même seconde par un navire) complètent cette information.
  • La dispersion des tirs, qui est la distance moyenne entre les points d'impacts les plus éloignés d'une même salve. Elle est, entre autres, la conséquence mécanique de l'expansion latérale des gaz ayant propulsé un obus dans le canon vers les autres obus tirés par une même tourelle au moment où ils sortent de leur tube. On peut imaginer aussi que, pendant le trajet de ces obus vers leur cible, ils sont soumis à d'autres facteurs : 
    • La présence de vent à haute altitude qui modifie la portée et la direction.
    • Si la charge de l'obus est faiblement dissymétrique, l'obus, en tournant sur lui-même, peut avoir une trajectoire en spirale. 
    • Par ailleurs, la vitesse initiale de l'obus étant toujours largement supersonique (Mach 2.5 à Mach 3) crée une onde de choc puissante qui peut interférer avec la trajectoire des autres obus.                                        Ainsi, à partir de tirs conduits à Mers-el-Kébir en Mai 1948 avec le cuirassé Richelieu, on mesura, à 26 500 m, une dispersion moyenne de 525 m qui fut réduite à 300 m après introduction d'un délai de 0.060 seconde entre le tir des canons 1 et 3, d'une part, et le tir des canons 2 et 4, d'autre part. Voici le texte original que j'ai copié/collé :"'Richelieu had delay coils for the center guns of each turret fitted in 1947-1948 when a tighter dispersion pattern was desired in order to take the maximum advantage of radar fire control. During tests at Mers el-Kébir in May 1948, the measured average dispersion at 26,500 meters (29,000 yards) was 525 meters (575 yards) without the firing delay and 300 meters (330 yards) with a 0.060 second firing delay (at this time the guns had all fired more than 200 shells without refit).Certains forums en langue Anglaise font semblant de citer la même source et annoncent pourtant une dispersion de plus de 1 700 m !!! Ceci peut (peut-être) s'expliquer par de mauvaises conversions entre système métrique et système Britannique.... 
    • Ainsi que la dernière phrase du texte de NavWeaps le dit ci-dessus, l'usure des canons, en élargissant la lumière des tubes, introduit de légers mouvements aléatoires des obus qui modifient leurs angles de sortie.
  • La qualité de la conduite de tir : Sous ce terme, on doit ranger premièrement tout ce qui permet de repérer un navire ennemi, d'en évaluer la distance précise, de définir la hausse des canons de chacune des différentes tourelles. A cela s'ajoute des calculs pour tenir compte de l'influence des divers facteurs pouvant affecter la trajectoire des obus, comme, en particulier, la vitesse du vent à très haute altitude. lorsque le tir concerne une grande distance, on doit même tenir compte de la force de Coriolis qui dépend de la latitude. En effet, le trajet d'un obus vers les longues portées peut excéder nettement la minute.                                                                                    A l'époque dont je parle, on agissait par approximation successives, et le succès était en vue lorsque le navire ennemi était encadré : "Coup court - Augmentation de la hausse - Coup long - Diminution de la hausse de la moitié de ce qui venait d'être ajouté - But !!!! (cas le plus favorable)".                                                                          A la fin des années 1900, on commençait déjà à utiliser des calculateurs analogiques.  A l'heure actuelle, ces calculs sont entièrement informatisés. La combinaison Radar, Lasers et GPS permet de réduire drastiquement les erreurs de tirs.

Par ailleurs, les navires de ligne sont en général susceptibles de manœuvres très serrées leur permettant de réduire la précision des tirs adverses. 

Les croiseurs de batailles sont encore plus manœuvrants et leur capacité d'accélération est encore meilleure.


Le Yamato manœuvrant pendant la bataille du Golf de Leyte - Le cuirassé tourne sur un rayon de l'ordre de 500 m, ce qui ne devait pas être si évident que cela avec une masse de 72 000 tonnes et une puissance de 150 000 Cv !


La trajectoire de l'obus dans un combat naval à longue distance n'a pas l'allure d'une parabole bien symétrique : Pour tirer à 35 000 m, le 330 mm monté sur nos croiseurs de batailles devait élever ses canons à 25.4° mais l'obus redescendait sur son objectif avec un angle de 36.8°.


La proposition de l'Amiral Pierre Barjot (1945) de transformer la coque du Jean-Bart en porte-avions ne fut pas acceptée par les vieux marins encore inféodés aux très gros canons (la Royal Navy ait partagé le même conservatisme en finissant son HMS Vanguard). 
Mais les artilleurs de marine, dignes descendants de François Darlan, tenaient à leurs joujoux et le Richelieu ne leur suffisait pas !  

L'amiral Barjot rapporta : "Il fut assez surprenant de voir, en 1945, l'État-Major de la Marine soutenir, par doctrine, la solution du cuirassé intégral. 
Ce fait, qui a dominé la discussion du 21 septembre 1945, montre à quel point, en dépit des enseignements de la guerre, le mythe suranné du gros canon continue de dominer notre doctrine navale."

Un cuirassé est d'abord un bateau. Pour mon compte, nos marins doivent essayer d'atteindre les objectifs fixés de protection des intérêts de la Nation par les bateaux les plus efficaces.

Le 3ème cuirassé Nippon de la classe Yamato fut terminé en porte-avion, le Shinano, qui dut uniquement sa perte à la légèreté de son capitaine, qui, après avoir refusé que ses destroyers attaquent le sous-marin US Archerfish, tout proche (!), avait quand même maintenues ouvertes toutes les portes pouvant obturer les cloisons étanches de son navire (!!!)...

Le cuirassé Jean-Bart n'a participé qu'à la malencontreuse affaire de Suez en 1956 (où il à juste tiré 4 obus de 380 mm opérationnellement !!!). 

Je regrette amèrement les services infiniment plus grands qu'aurait pu rendre le porte-avions Jean-Bart à l'Histoire de notre Nation : Participation à la Guerre d'Indochine, à la Guerre d'Algérie puis encore à la suite de notre histoire jusqu'en 1975 au moins.

Cette décision hyper-conservatrice de nos marins s'accompagna pourtant d'une forte évolution de la coque, parce que l'on attribuait la longue durée de la résistance du Bismarck à sa grande largeur de coque (36 m). 
Mais vous verrez plus loin que la cause de cette résistance avait bien des chances d'être toute autre.

Toujours est-il que nos ingénieurs se crurent obligés d'augmenter la largeur du Jean-Bart (de 33 à 35.5 m !) qui ne put entrer en service qu'en 1955, ayant perdu une partie de sa vitesse et de son autonomie.

Il me semble quasi évident que nos deux cuirassés n'auraient eu pratiquement aucune chance contre le Yamato ou le Musashi

Les Anglo-Saxons nous racontent bien sûr, encore aujourd'hui, que ces deux navires Japonais n'auraient pas tenu face aux coups de l'USS Iowa

Je n'en crois rien : Si c'était vrai, que l'on m'explique pourquoi, au moment où le Yamato allait devoir faire face à six cuirassés US que Spruance avait envoyés pour le combattre, l'amiral Mitscher fit décoller 440 avions pour liquider le cuirassé Japonais. 
Cette réaction indiquerait plutôt que ses renseignements ne lui permettaient pas de laisser les cuirassés de la Task Force 54 (de l'Amiral Morton Deyo) se faire détruire.


Avertissement : Avant d'aller plus loin, je rappelle que les batailles navales ne sont pas toujours gagnées par les meilleurs navires mais par une alchimie compliquée qui met en œuvre un amiral de grand talent, des équipages très entraînés et des navires pertinents dans des conditions environnementales les plus favorables possibles
Un facteur doit aussi être présent : La Chance.




Micro-panorama des cuirassés de la Seconde Guerre Mondiale


{Sources : Pour les caractéristiques des armes, ce site est ma référence, sinon des recoupements entre les diverses pages de Wikipédia en plusieurs langues.}

Avertissement : Vous ne verrez pas ici de navires Italiens qui étaient de très bons navires, mais qui eurent encore moins de chance que les nôtres. 
Ils se retrouvèrent face au meilleur amiral Britannique, Andrew Cunnigham. 

Les amiraux Italiens semblent avoir eu une compétence seulement moyenne, ce qui, combiné à l'absence de radar et à un manque chronique de fuel, aboutit à des ennuis constants aboutissant à une faible défense contre les avions - entraînant de nombreux torpillages - et à une faible efficacité tactique. Il est aussi dit (in En. Wikipedia) que les obus Italiens étaient très mal fabriqués.



Alors, il est temps de voir les qualités des différents cuirassés de cette période, tout en rappelant que ce type de navire restera toujours marqué par un prix de construction  exorbitant (2 500 000 000 Francs 1938 pour notre Richelieu). 

Quand on doit préparer la défense d'un pays à seulement deux ou trois ans de l'entrée en guerre, placer une telle somme dans un Navire-Roi est absolument pertinent lorsque le sort de la guerre se place en mer (cas du Royaume uni ou du Japon ou encore de l'Australie). 

Ce n'est certainement pas le cas lorsque l'ennemi partage une longue frontière terrestre avec le notre.

Je n'évoquerai pas ici l'artillerie secondaire (anti-torpilleurs) ni l'artillerie anti-aérienne, car mon sujet est circonscrit aux opérations entre navires de ligne.


Attention : Les fiches ci-dessous donnent les valeurs normalement décisives lors d'un combat.

Lorsque je donne une épaisseur de ceinture susceptible d'être percée directement à une distance donnée, cela signifie qu'une ceinture plus épaisse sera percée à une distance moindre mais que, à une distance plus grande, la capacité de percement sera moindre.
Par contre, la capacité de percer un pont blindé à une distance donnée augmente avec la distance, jusqu'à la portée maximum parce que les obus tombent avec un angle plus proche de la verticale.

J'ai choisi les valeurs les plus favorables sauf pour le Yamato, qui ne s'en portera pas plus mal.




Les cuirassés sensu stricto  



460 mm Japonais (Yamato
                          - Ceinture  410 mm
                          - Pont        230 mm
                          - Tourelle   650 mm
                          -  Vmax          27.5 kts  
masse obus APC             1 460 kg 
V0                                        780 m/s  
Portée à 50°                   42 000 m  (temps de vol 98")
pénétration coque               360 mm à 30 000 m  on trouve aussi  416 mm  
                                            494 mm à 20 000 m  on trouve aussi  566 mm
       "           pont                  189 mm à 30 000 m  on trouve aussi  230 mm 
                                            109 mm à 20 000 m  on trouve aussi  167 mm

Les 9 canons sont disposés en 3 tourelles triples qui sont au nombre de 2 à l'avant et une seule à l'arrière.
                                           
-------------------------------------------------------------

406 mm USA Mk 8 (Iowa)
                         - Ceinture  307 mm
                         - Pont        152 mm
                         - Tourelle   410 mm
                         -  Vmax          33 / 35 kts  
masse obus APC            1 225 kg 
V0                                       762 m/s  
Portée à 35°                 38 720 m   (temps de vol 80")
pénétration coque             329 mm à 32 000 m
                                          441 mm à 22 860 m
       "           pont                215 mm à 32 000 m
                                          131 mm à 22 860 m             

Les 9 canons sont disposés en 3 tourelles triples qui sont au nombre de 2 à l'avant et une seule à l'arrière.
Les cuirassés de la série South Dakota employaient les mêmes obus et étaient juste un peu moins brillants.

---------------------------------------------------------------

406 mm UK (Nelson)
                         - Ceinture  360 mm
                         - Pont        159 mm
                         - Tourelle   495 mm
                         -  Vmax          23 kts  
masse obus APC               929 kg 
V0                                       797 m/s  
Portée à 35°                  34 290 m   (temps de vol 83")
pénétration coque              193 mm à 27 400 m  
                                           310 mm à 18 288 m
       "           pont                 165 mm à 32 000 m  
                                             99 mm à 18 288 m  

Torpilles 24.5" Mark I  622 mm 2 600 kg, 13 700 m à 35 kts (charge 337 kg)

Les tourelles principales sont toutes les 3 sur la plage avant, et, pour des raison de hauteur du centre de gravité, la plus en arrière est au même niveau que la plus en avant, ce qui la rend toujours incapable de tirer droit devant (voir schéma plus loin). 
Chaque tourelle porte 3 pièces.


--------------------------------------------------------------

380 mm Français (Richelieu)
                       - Ceinture 330 mm  (on trouve aussi 345 mm)
                       - Pont       170 mm
                       - Tourelle  430 mm 
                       -   Vmax        32.6 kts  
masse obus APC             884 kg  (1945)
V0                                     800 m/s(1945)   -  830 m/s (1940)
Portée à 35°                36 500 m   (1945)
pénétration coque            280 mm à 35 000 m  
                                         331 mm à 27 000 m
                                         393 mm à 22 000 m
       "           pont               211 mm à 35 000 m
                                         138 mm à 27 000 m
                                         105 mm à 22 000 m      


Les deux tourelles sont placées sur la plage avant et chacune porte 4 canons, mais chaque tourelle est divisée en deux moitiés par un septum blindé, pour éviter qu'un coup malheureux élimine du jeu une tourelle entière.


--------------------------------------------------------------

380 mm Britannique (Resolution)
                       - Ceinture 330 mm  
                       - Pont       102 mm
                       - Tourelle  330 mm 
                       -   max        22  kts  
masse obus APC             882 kg  
V0                                     804 m/s (super charge)
Portée à 35°                29 720 m  
pénétration coque            229 mm à 27 432 m  
                                         353 mm à 13 716 m
       "           pont               145 mm à 27 432 m
                                          50 mm à 13 716 m      


Deux tourelles doubles sont situées à l'avant, la première directement sur la plage avant.
Deux tourelles doubles sont situées à l'arrière, la dernière sur la plage arrière..

---------------------------------------------------------------

356 mm UK (King George V) 
                      - Ceinture 370 mm 
                      - Pont       152 mm
                      - Tourelle  324 mm
                      -  Vmax         28 kts 
masse obus APC           721 kg 
V0                                   757 m/s  
Portée à 30°              35 260 m   (temps de vol >> 83")
pénétration coque          241 mm à 22 860 m  
                                       396 mm à  9 144 m 
       "           pont             127 mm à 29 260 m        
                                       102 mm à 22 860 m

La plage avant portait 2 tourelles : Une quadruple à l'avant, une double un peu en arrière.
La plage arrière portait une tourelle quadruple.

-------------------------------------------------------------

380 mm Allemand (Bismarck 
                       - Ceinture  320 mm  
                       - Pont        120 mm
                       - Tourelle   360 mm 
                        -  Vmax         30.6 kts 
masse obus APC             800 kg 
V0                                     820 m/s  
Portée à 35°                36 520 m   (temps de vol 70")
pénétration coque            304 mm à 27 000 m  
                                         393 mm à 22 000 m
       "           pont               126 mm à 35 000 m  
                                         104 mm à 22 000 m      


Deux tourelles doubles sont situées à l'avant, la première directement sur la plage avant.
Deux tourelles doubles sont situées à l'arrière, la dernière sur la plage arrière.     
                                           
--------------------------------------------------------------------------------------


La comparaison de ces quelques fiches entre elles n'est qu'indicative parce que les circonstances d'un combat amènent des orientations imprévues de la coque qui peuvent faciliter (ou interdire) la pénétration d'un obus. 

Par ailleurs, les qualités réelles des blindages ne me sont pas accessibles.


1 -  a - Les super-cuirassés Japonais Yamato et Musashi constituèrent le chant du cygne de ce type de navires. Leur protection était presque parfaitement conçue (à part pour les canons de DCA et, peut être, pour le bulge anti-torpille).

La cadence de son artillerie principale était de 2 coups minute, ce qui n'est pas à l'honneur des concepteurs de l'alimentation de nos croiseurs de bataille qui culminaient à 2 coups minute avec des obus 3 fois moins lourds !


Le Yamato - Une grande réussite mais un emploi seulement très moyen.


Le nombre de coups qui furent nécessaires pour venir à bout du Musashi puis du Yamato le démontre amplement. 

La destruction du Yamato fut amplement facilitée par la tactique employée par les avions de Mitscher qui commencèrent par bombarder les légères tourelles anti-aériennes et purent ensuite agir sans grave problème.



- b - L'USS Iowa, dans la mesure où il employait ses plus gros obus Mk 8 (pesant 1 225 kg), perçait la plupart des coques à près de 30 km.  

Le combat théorique Yamato vs Iowa, qui provoque tant de fantasmes chez les amoureux de ces très grosses bêtes, aurait pourtant eu de bonnes chances de se terminer par une victoire Japonaise.

On ne voit pas comment les obus Mk 8 de 406 Américains auraient pu percer la ceinture du chef d'œuvre de l'Empire du Soleil Levant, alors que, à moins d'un miracle, les obus de 460 mm Nippons auraient normalement fracassé la mince ceinture Américaine à longue distance, tout comme ils en auraient percé tout aussi facilement le pont blindé. 



L'USS Iowa en action (années 80 ?)- Notez les ondes de choc des salves en train de progresser vers l'extérieur...


Par contre, les qualités de vitesse du cuirassé US lui auraient toujours permis de se désengager. 

Par ailleurs, dès que ce cuirassé fut mis en service en 1943, sa conduite de tir fut considérée comme remarquable.


En cas de combat entre un cuirassé type Iowa et un Bismarck, vous trouvez l'appréciation Anglo-Saxonne suivante: "Bien que l'on ne puisse jamais prédire l'issue d'un engagement à un contre un avec certitude, il est clair que dans une telle confrontation, le cuirassé Américain avait de grosses chances de son côté."
Pour moi, la messe est dite en faveur du cuirassé US.



2 - Confronté au Yamato, et s'il avait été vraiment au pointnotre Richelieu aurait bénéficié de son excédent de vitesse de 5 kts et de la bonne épaisseur du blindage frontal de ses tourelles

Par ailleurs, la position des deux tourelles d'un même côté rééquilibrait les bordées. C'était aussi une excellente manière d'annuler un éventuel barrage du T par une flotte ennemie plus manœuvrante.

Il est aussi dit que les obus Français, particulièrement longs (1.90 m), avaient un dessin favorisant à la fois le maintien de sa vitesse dans l'atmosphère et la capacité d'avoir une trajectoire dangereuse pour l'ennemi sous l'eau sur environ 100 m.

Dans tout le reste du spectre, le Richelieu eut été dominé. 
Il aurait donc dû jouer les danseuses jusqu'à arriver à relativement courte distance (environ 18 000 m) pour espérer percer la coque de son adversaire. 

Le commandant et son équipage auraient dû être y particulièrement bien entraînés !!!


Le Richelieu. Une bête splendide !


Par contre, face au Bismarck, le Richelieu eut été fort dangereux, à condition que ses problèmes d'alimentation en obus soient réglés et que sa dispersion soit améliorée.

Les données chiffrées de protection et de pénétration paraissent accorder une supériorité au cuirassé Français.



3 - a - Ma grande surprise, dans cette présente étude, est que les navires Britanniques dits "modernes" disposaient de canons étonnamment peu puissants.

Si la pénétration de coque des tout nouveaux 356 mm/45 (King George V) parait importante dans ma fiche, ce n'est qu'à la très courte distance de seulement 9 km tandis que la pénétration du pont blindé principal d'un cuirassé moderne de 1940 n'était même pas assurée à 30 km
On sait, depuis la visite de l'épave du Bismarck, que ces obus de 356 mm n'ont jamais pu en percer la coque. 


HMS King George V 


De nos jours, il est dit que la commission Britannique qui décida du choix de ce canon  pensait que ce faible calibre était largement compensé par le nombre de pièces (dix). 

C'est possible, mais encore eut-il fallu veiller à ce que les canons soient bien pensés. 

Le choix de canons de 45 calibres ne favorisait pas une bonne vitesse initiale, donc il pénalisait la portée utile

Il est anormal que le canon Britannique de 356 mm ne puisse percer que 241 mm à 22 860 m quand le 330 mm/50 du Dunkerque perçait 342 mm à 23 000 m soit 100 mm de mieux 140 m plus loin !

Il est facile de se rendre compte que les canons US de même calibre et de même génération lançaient des obus moins lourds mais bien plus rapides qui perçaient 349 mm à plus de 18 000 m (donc deux fois plus loin).


 - b - Les seuls cuirassés Britanniques dotés d'une artillerie puissante étaient le Nelson (et le Rodney)Eux, au moins, respectaient les enseignements de la Bataille du Jutland.

Leurs coques étaient très bien protégées et leurs tourelles l'étant encore mieux, ils pouvaient en théorie, tirer très longtemps

Leurs 9 pièces de 406 mm tiraient loin et fort (moins fort cependant que leurs homologues US). Seules 6 d'entre elles tiraient droit devant. 
Donc le feu maximal était obtenu sur un arc latéral de 125° de part et d'autre de l'axe longitudinal du navire. 


Angles de tirs du Nelson


Face à eux, la coque du Bismarck était très fortement en danger dès 18 000 m et son pont blindé était perçable dès 27 km. 

Les protections du cuirassé Nelson (ou du Rodney) étaient considérablement meilleures que celles du Hood, mais ces cuirassés souffraient d'un manque de vitesse, même si le Rodney fut capable de foncer à 25 kts pour tuer le Bismarck : Le cuirassé Allemand n'avait aucune raison de les attendre. 

Par contre, eux seuls portaient des torpilles de 622 mm à longue portée et 8 d'entre elles furent lancées contre le Bismarck


Deux incidents causèrent la perte du BismarckUn bavardage radio (30 minutes)) qui le fit repérer, puis le choc d'une torpille aérienne lancée par un Swordfish qui l'amena à tourner en rond... 

Il arrive de lire que l'aviation de Goering était incapable de protéger le Bismarck alors qu'il était seulement à 650 km de Brest.
Pourtant, on sait que le Rodney fut attaqué pendant son retour en Angleterre par des bombardiers Allemands.

Il faut juste se rappeler que les Heinkel 111 H étaient capables de lancer des torpilles et que leur autonomie de 2 300 km (max fuel) impliquait un rayon d'action de plus de 1 000 km !

Il est plus probable que les torpilles nécessaires n'avaient pas suivi.



Document personnel de l'auteur - Le cuirassé HMS Nelson, au grand pavois, escortant le yacht royal en 1937, le tout sous la protection de Fairey Swordfish. On remarque la très grande plage avant du cuirassé.



Les Croiseurs de Bataille


Les cuirassés coûtant particulièrement cher, Lord Fisher estima, après avoir conçu le Dreadnought, que la police des mers pouvait être avantageusement confiée à des navires de taille et de puissance comparables mais de tonnage très inférieur par réduction de la cuirasse quit protégerait alors seulement contre des croiseurs. 

Ces nouveaux navires, bien plus rapides et bien moins coûteux, furent les croiseurs de bataille
Les tous premiers avaient une très faible protection (ceinture de 100 mm), les derniers reçurent un blindage plus résistant qui en fit des combattants vraiment efficaces.



381 mm UK (Hood)
                        - Ceinture  305 mm 
                        - Pont          76 mm
                        - Tourelle   381 mm
                         -  Vmax         30 kts 
masse obus APC              879 kg 
V0                                      750 m/s  
Portée à 30°                 26 500 m   (temps de vol 62")
pénétration coque             305 mm à 20 000 m 
                                          356 mm à 15 730 m  
       "           pont                165 mm à 27 432 m     
                                            76 mm à 22 000 m        

Deux tourelles doubles sont situées à l'avant, la première directement sur la plage avant.
Deux tourelles doubles sont situées à l'arrière, la dernière sur la plage arrière. Cette configuration est typique de l'époque de sa conception.

-----------------------------------------------------------------

330 mm Français (Strasbourg) 
                         - Ceinture 283 mm  (Dunkerque : 225 mm)
                         - Pont       120 mm
                         - Tourelle  360 mm
                          - Vmax         31 kts  
masse obus APC              570 kg 
V0                                      870 m/s
Portée à 35°                 41 700 m   
pénétration coque             292 mm à 27 000 m  
                                          342 mm à 23 000 m
       "           pont                110 mm à 27 500 m  
                                          105 mm à 23 000 m

Les deux seules tourelles sont placées sur la plage avant et chacune porte 4 canons.
       
-------------------------------------------------------------------

305 mm USA (Alaska)
                         - Ceinture 230 mm 
                         - Pont       102 mm
                         - Tourelle  330 mm
                          - Vmax         33 kts  
masse obus APC              517 kg 
V0                                      762 m/s
Portée à 35°                 35 271 m   
pénétration coque             187 mm à 32 004 m  
                                          323 mm à 18 288 m
       "           pont                 77 mm à 32 004 m  
                                         182 mm à 18 288 m

Deux tourelles sont placées sur la plage avant et chacune porte 3 canons.
Une dernière tourelle triple est située à l'avant de la plage arrière. 
Lorsque ce navire est entré en service à l'été 1944, il avait reçu une DCA de 90 canons spécialisés (40 mm et 20 mm).


------------------------------------------------------------------



280 mm Allemand (Graf Spee) 
                          - Ceinture 102 mm 
                          - Pont         76 mm
                          - Tourelle  140 mm
                          -  Vmax         28.5 kts  
masse obus APC               300 kg 
V0                                       910 m/s
Portée à 40°                  36 475 m   


Deux tourelles triples sont placées sur la plage avant.
Une dernière tourelle triple est située à l'avant de la plage arrière.

------------------------------------------------------------------

280 mm Allemand (Scharnhorst) 
                          - Ceinture 350 mm 
                          - Pont       105 mm
                          - Tourelle  350 mm
                          -  Vmax         31 kts  
masse obus APC               330 kg 
V0                                       890 m/s
Portée à 40°                  40 930 m   
pénétration coque              205 mm à 27 432 m  
                                           335 mm à 15 100 m
       "           pont                   76 mm à 27 432 m
                                             41 mm à 15 100 m

Deux tourelles triples sont placées sur la plage avant.
Une dernière tourelle triple est située à l'avant de la plage arrière.

-------------------------------------------------------------------


4 - Dans cette catégorie moins favorisée (mais "économique"), on retrouve encore l'anomalie Britannique, mais dans ce cas, elle reflète simplement de l'époque de la construction de ce croiseur de bataille (Ière GM).



Le "Mighty Hood", symbole de la puissance Britannique, une disposition encore très Grande Guerre.


Pour les 381 mm du vieux Hood (1918), il faut noter qu'une pénétration de coque de cuirassé était possible à 15 730 m, soit 6 500 m plus loin que les canons prétendument "modernes" de 356 mm de la classe KGV (!). 

Par contre, les 380 mm du Bismarck, eux, pénétraient sans aucune difficulté la ceinture (avec 4 cm de marge) et le pont du Hood (avec 3 cm de marge) à une distance de 22 km.

La disparition du navire Britannique face au cuirassé Germanique était donc inéluctable, d'autant plus que le cuirassé Prince of Wales, ayant été touché, s'était reculé parce que l'Amiral Tovey, parfaitement conscient du problème, avait renoncé à demander au Prince of Wales de rester devant le Hood qui était moins bien protégé. 



Une vision prophétique, publiée 21 années avant le drame du Hood 


5 - La carrière des navires Français fut très compliquée dans la 2ème GM : Ils escortèrent des convois, partirent dans des tâches obscures dirigées par des officiers Britanniques où ils ne purent pas accumuler l'expérience des combats. 
Certains éléments légers furent envoyés en Norvège où ils furent confrontés à la Luftwaffe sans avoir l'ombre d'une chance (perte du CT Bison).

Les combats entre les navires Britanniques et Français à Mers el-Kébir (voir cet excellent article) ont certes fait exploser le vieux Bretagne, dont je signale, en passant, que comme ses frères, il avait été partiellement déprotégé pour y installer un gigantesque mât tripode (d'un intérêt tactique plus que discutable). 

La "super brillante victoire" des Anglais, obtenue sur des Français totalement surpris et paralysés par des commissions d'Armistice bien peu réactives, était donc particulièrement facile : A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Cette défaite fut, par ailleurs, favorisée par la totale rigidité intellectuelle de l'amiral Gensoul dont les navires n'avaient aucun moyen de répliquer sérieusement au feu ennemi. 

Cela n'exonère en rien l'amiral Somerville qui n'avait pas le courage de mener la négociation lui-même
Une vraie négociation entre les deux amiraux - face à face - aurait au moins permis de sauver nos marins : Un amiral doit impérativement être un stratège et doit penser à de nombreux coups d'après. 

Somerville, a dit, par la suite qu'il avait vécu cette bataille comme honteuse. Je n'en crois rien, car ses actions ultérieures (ex. l'opération Ironclade à Madagascar) vont dans le même sens.

Par contre, il aurait dû s'abstenir de recevoir les injonctions incessantes de Churchill et se poser la question de ce qu'il aurait pu faire à la place de son adversaire. 

Les plus gros dégâts du 3 Juillet 1940 (sur les cuirassés Bretagne et Provence) furent probablement dus aux 381 mm du Resolution ou du Valiant.
Les obus du Hood sont réputés avoir touché le croiseur de bataille Dunkerque

Vous trouverez des avis "autorisés" qui utilisent le drame de Mers el-Kébir pour condamner la disposition de l'artillerie principale entièrement groupée à l'avant de nos croiseurs de bataille. 

Cet argument ne peut pas être retenu car la mauvaise orientation des canons du Dunkerque et du Strasbourg provenait uniquement de la manière dont nos cuirassés avaient été mouillés, le dos à une attaque maritime, comme si nos marins avaient oublié la victoire de Suffren à La Praya (1781) et notre propre défaite à Aboukir.

De toute manière, nos équipages n'étaient pas dans l'esprit de combattre nos Alliés, ce sur quoi Winston Churchill comptait bien pour faire croire à son peuple que l'Angleterre avait gagné une immense bataille navale !... 
Mais cela eut un rôle très négatif pour la France Libre et joua un rôle important pour favoriser le régime de Pétain et Laval ! 

On nous raconte que cela renforça puissamment la popularité de Churchill. OK...




Mers el-Kébir avant l'attaque du 3 Juillet 1940 -
De haut en bas : Dunkerque, Provence,  Strasbourg , Bretagne et Cdt Teste (invisible ici)

Le Strasbourg, réellement mieux protégé, put s'enfuir presque intact à la suite d'une manœuvre absolument remarquable du commandant Collinet qui passa rapidement au-dessus du champ de mines magnétiques Britanniques et longea à pleine vitesse la côte Algérienne avec laquelle son bâtiment se confondait visuellement à grande distance.




Le Strasbourg - Un magnifique navire qui démontra une réelle capacité guerrière.









En outre, il a très probablement fait assez peur au Hood que ses tirs avaient frôlé : Je ne vois que cette peur pour expliquer la remontée Nord-Ouest du "Mighty Hood"  (cf. carte ci-dessous).



Toujours est-il que le Strasbourg,  crédité - probablement à tort - d'une vitesse inférieure à celle du Hood, lui échappa rapidement, repoussa les Swordfish lancés contre lui, échappa aussi à leurs torpilles et rallia Toulon avec ses 5 destroyers intacts (le Mogador fut réparé plus tard).

Cela me donne aussi l'occasion de souligner la grande capacité de manœuvre du Dunkerque et du Strasbourg. 

Les Anglo-Saxons soulignent à l'envie que le contre-torpilleur Mogador, de 2 997 tw, tournait moins serré que son cousin le Terrible de 2569 tw. 

Mais ils soulignent aussi, dans un autre texte, que nos deux croiseurs de bataille de 26 500 tw et longs de 215 m tournaient plus court que le Mogador de 137 m de longce qui était une très belle performance.



Trajet du Hood pendant la bataille contre le Strasbourg - Le Hood a ouvert le feu à 0554 pm pendant qu'il parcourait un trajet WE. A environ 0601 pm, le navire Anglais tourne pour une raison non inventoriée, mais que je considère comme des tirs Français trop proches. A 0605 pm, il part plein Ouest et les tirs Français continuent. Il est à moins de 10 miles du port attaqué.


Ces 4 gerbes venant du Strasbourg sont tombées bien près du HMS Hood, dont on voit le mât arrière au second plan - L'aspect noir des gerbes peut venir d'un colorant contenant du Jaune si la pellicule employée à l'époque était de type Panchromatique, qui traduisait cette couleur en Noir. La dispersion est inférieure à 150 m.


Sachant ce que l'avenir réservait au Hood le 24 Mai 1941, parce que que sa protection était trop faible, il me semble qu'il a eu beaucoup de chance ce 3 Juillet 1940. 
Qui sait quelle réaction aurait été celle des Britanniques s'il avait sauté ce jour-là ?



6 - Les premiers croiseurs de bataille Allemands de la nouvelle période furent les "cuirassés de poche" type Deutschland. 
Il s'agissait de 3 croiseurs lourds de 186 m de long et près de 22 m de large qui étaient juste protégés contre l'artillerie des destroyers mais qui portaient 6 canons de 280 mm/52.
Leur déplacement excédait de près de 50 % les limites officielles admises de 10 000 tw.

Ils impressionnèrent terriblement toutes les amirautés existantes par leur vitesse (28 et même 29.5 kts pour le dernier de la série) et par leur autonomie (9 100 nmi).

Ils ne pouvaient être détruits que par le "mighty Hood" et quelques autres croiseurs de batailles Britanniques (Repulse, Renown).

Leur DCA comportait, au départ, 3 pièces de 88 seulement. 
Evidemment, en 1935, l'influence de Goering amena à un très sérieux renforcement de la puissance de la DCA.
On connait la guerre au tonnage marchand Allié et les prises de navires par le Graf Spee. 

La Bataille du Rio de la Plata où le cuirassé de poche Allemand fut endommagé par un croiseur ne fut une défaite Allemande que parce que les Britanniques réussirent à désinformer le commandant Langdorff. 

Ce fut le problème des services de renseignement de Canaris...



7 - Les croiseurs de bataille Allemands Scharnhorst et Gneisenau, qui succédèrent à ces miniatures, eux, avaient été conçus pour contrer nos croiseurs de bataille.
Ils ont démontré une excellente capacité de manœuvre et ont accumulé des faits de guerre efficaces. 
Leur protection était très bonne et leur vitesse était également très élevée.


Le Scharnhorst - Un navire rapide et puissant.


Cependant, le choix de leur artillerie principale (280 mm) se révéla plus que médiocre, d'autant plus que, si ces canons avaient une très bonne vitesse initiale, leur pénétration des défenses adverses était plus que problématique, car elle impliquait des tirs à courte distance. 
Il faut cependant noter que le record de distance pour un impact décisif en combat naval fut obtenu par le Scharnhorst contre le HMS Glorious le 8 Juin 1940 (entre 26 000 et 24 500 m).
Ils ont joué un grand rôle en Norvège mais aussi dans leur traversée de la Manche en 1942.

Leurs attaques contre les convois Alliés vers Mourmansk furent bien moins efficaces..

Cela, comme l'interception des messages radio Allemands par les Britanniques, expliquent la défaite de ce croiseur de bataille face au HMS Duke of York, lequel fut pourtant handicapé par nombre de problèmes mécaniques de ses tourelles à cause de leurs propres tirs.  

Il faut noter que ce combat dura 3 heures et trente minutes, malgré le lancement de nombreuses torpilles par des croiseurs et des destroyers Alliés, ce qui montre une exceptionnelle résistance du Scharnhorst au feu des Alliés.

Si on veut imaginer un combat entre les croiseurs de bataille Français et Allemands, on comprend que l'artillerie Allemande manquait de puissance mais aussi que la ceinture de nos navires était un peu faible. 

Nos navires pouvaient cependant gagner en tirant depuis une ligne éloignée qu'il eut fallu garder.




8 - Reste le cas des 2 croiseurs de bataille US, l'Alaska et le GuamCe furent deux navires très rapides, capables officiellement de soutenir 33 kts. 
Sachant que ces navires étaient plus longs de 30 m que nos Dunkerque, que leur machinerie développait 153 000 Cv (contre 112 000), on se serait attendu à une vitesse nettement plus proche de 35 kts...

L'Alaska fut mis sur cale en Décembre 1941, il est logique qu'il ait été lancé en Août 1943 et que son artillerie anti-aérienne ait été très développée (90 canons de 20 et de 40 mm). 

L'armement principal consistait en 9 canons de 305 mm, qui n'avaient que peu de chance d'impressionner les cuirassés Japonais. par contre, son rayon d'action de 12 000 nmi excédait celle des Dunkerque de 4 000 nmi.


L'USS Alaska en Août 1944


Ils entrèrent en service en 1944 et se préparèrent à la guerre contre le Japon.

La guerre du Pacifique occupa leur courte carrière, mais ils furent employé en protecteurs anti-aérien avec beaucoup de succès. 

L'Alaska est réputé avoir abattu une très rapide (près de 900 km/h en fin de piqué) bombe volante pilotée Okha, ce qui restera une performance tout à fait exceptionnelle.

Ces navires furent déconstruits en 1960. 
Heureusement pour eux, ils n'eurent pas à combattre leurs homologues Germaniques.


Vers de nouveaux navires de ligne ?

Après 1945, les Français avaient choisi de vivre jusqu'au bout l'aventure de leurs cuirassés avec le Jean-Bart, qui était juste un Richelieu amélioré.

De même, les Britanniques décidèrent de terminer leur cuirassé / croiseur de bataille Vanguard, commandé début 1941, mis en chantier en 1941 puis lancé en 1944.

Il avait une coque performante (30 kts) et très stable. 
Il disposait aussi d'une électronique de combat particulièrement brillante. 
Très curieusement, son armement consistait en 8 canons semblables à ceux du Hood, donc très médiocres et montés en 4 tourelles doubles.
On en dit "She is a battleship with her great aunt's teeth" (= Un cuirassé armé des dents de sa grand tante) !

Le navire ne fut jamais utilisé militairement et fut employé comme porte-drapeau national.

En 1960, il fut retiré du service et déconstruit.
Juste avant cela, il avait servi pour tourner des scènes du film "Coulez le Bismarck !".



Les USA réactivèrent le New Jersey puis l'Iowa en 1983 et 1984 pour une durée de 6 années. Il s'agissait de disposer de canons à longue portée pour couvrir l'avancée de leurs régiments de marines après leur débarquement sur une côte. 

Il s'agit d'un emploi tactique qui présuppose que l'ennemi soit incapable de détruire les navires en question, donc uniquement valable en cas de Guerre Asymétrique

Les récents développement de la guerre du Yemen montrent que la situation a récemment changé.

Ces deux vénérables cuirassés servent actuellement de musée aux USA.



Après une longue maturation commencée au milieu des années 90, les USA ont fini par lancer une nouveau navire de ligne équipés de canons de conception très avancée (AGS pour Advance Gun System).

Le premier d'entre eux, le DDG 1000 - USS Zumwalt - a été lancé en 2013. 

Ce sont des navires furtifs, qui ont réintroduit une structure de coque à frégatage - i.e. dont les flancs convergent vers le haut - ce qui est excellent pour la furtivité (les ondes radars partent vers le ciel).

Par contre, on peut dire, comme le fit l'ingénieur Emile Bertin, à la fin des années 1890, que ce sont "des navires éminemment chavirables".

Leur artillerie principale regroupe sur la plage avant deux pièces de 155 de 62 calibres (donc ayant chacun un tube de 9.61 m de long).

Ils peuvent tirer soit des obus de 155 mm classiques, qui portent alors à 44 km, soit des projectiles dit LRLAP de Lockheed-Martin qui devaient porter à 180 km. 
L'erreur probable, à cette distance, ne devait pas excéder 50 m. 
{Pour mémoire, les Loire-Nieuport 401 démontraient à 350 km une erreur standard de 50 m. 
Je n'aurais sûrement pas l'outrecuidance de conseiller à l'US Navy de commander des LN 401 ! ;-))}



LRLAP


En fait, un premier essai a obtenu, en Juin 2005, une portée de 109.3 km.

L'objectif initial était d'obtenir 6 impacts rapprochés en 2  secondes.

Initialement, en 2004, le prix de chaque projectile était donné par Lockeed-Martin  comme valant $35 000. 

Les 150 premiers LRLAP coûtèrent $477 000 chacun.

Les derniers projectiles de série passèrent à une valeur variant de $800 000 à $1 000 000 !




DDG 1000 Zumwalt - 


Le problème est, en plus, que ces projectiles usent extrêmement vite leur canon. 

Pour l'instant, les 3 DDG vont devoir se passer d'une arme aussi luxueuse. 

Leur portée se limite donc à  seulement 44 km avec des obus de 155 "standards".

Ceux qui ont lu mes articles sur le JSF - F 35 - Lightning II, auront reconnuas usual, la signature typique de Lockheed-Martin : Mortellement coûteuse et inefficace !



Conclusion



Nos cuirassés de 1914 souffraient gravement de tourelles bloquant leur capacité de tirer loin, uniquement parce que nos marins n'imaginaient pas que l'on pouvait tirer avec une hausse supérieure à 12° ! Il fallut une lettre de l'amiral Beatty, en 1916, pour leur expliquer qu'au Jutland, les tirs commençaient dès 19 000 m (ce qui n'était pas entièrement vrai) !
Du coup, la portée de nos canons passa de 12 000 à 18 000 m, puis, après un dernier effort, elle passa à 26 000 m.

Toujours est-il que la mode est un impératif puissant. Pour être une grande puissance, il fallait pouvoir montrer son dreadnought !

Cela déclencha une course aux armements prodigieuse qui périma tous les cuirassés anciens dans pratiquement tous les pays du monde. 

Elle eut des conséquences sur les navires de ligne survivants de la Grande Guerre : 
  • Au Royaume Uni, les meilleurs cuirassés furent perfectionnés et conservés jusqu'à la fin de la Seconde Guerre Mondiale (classe Queen Elisabeth & classe Revenge).
  • La distinction entre cuirassés et croiseurs de bataille devint difficile à tracer parce que les premiers furent conçus pour pouvoir naviguer longtemps à des vitesses proches de 30 kts et parce que les seconds reçurent une protection nettement plus efficace.
  • Certains croiseurs de bataille conservèrent une artillerie manquant de mordant pour maintenir à la fois une bonne vitesse et une bonne protection (classe Scharnhorst & classe Alaska).

Peu après la Grande Guerre, Mitchell ayant démontré la puissance de l'aviation contre les cuirassés, on installa timidement quelques canons anti-aériens sur les navires de ligne, mais cela ne devait surtout pas gêner le reste du travail "marin".

Cela explique la réussite de l'attaque Japonaise sur Pearl Harbor.

Les cuirassés Nippons eurent de ce fait une vie opérationnelle bizarre, puisqu'ils n'intervinrent pas lors des premières opérations, au moment exact où l'Aéronavale Japonaise, très puissante alors, leur assurait une sécurité parfaite.

Curieusement, à la fin de la guerre, après que leur aéronavale ait disparue, on se décida à les employer opérationnellement.

J'ai donc la curieuse impression que l'Amirauté Japonaise, en détruisant les cuirassés US avec ses avions, avait mis le doigt sur l'importance fondamentale des avions et des porte-avions.

Elle avait donc enseigné aux USA l'algorithme-roi de la guerre navale moderne, ce message que Mitchell avait essayé de faire comprendre et qui lui valut la dégradation.  


En ce début de XXIème siècle, les anciens cuirassés ne sont plus que des musés que l'on visite avec respect. 

Le règne des porte-avions dure depuis 1941 mais une foule de stratèges veulent les éliminer du jeux stratégique. 

Les maîtres des sous-marins et ceux des avions adverses ruminent leurs stratégies les plus sophistiquées.

Les décisions du Pentagone US, en compliquant sans cesse ces navires, les rend inabordables pour leur propre pays, tout en détruisant la base même de leur fiabilité.

Du coup, leur disponibilité opérationnelle devient plus faible, ce qui signifie un affaiblissement militaire évident.

Cela suggère que la niche écologique de Capital Ship semble actuellement vacante.

La tentative de remplacer les cuirassés par le système DDG 1000 ne semble pas vraiment réussie.

La proposition de remplacement par des navires frappeurs n'a, semble-t-il, intéressé personne. Rendez-vous compte : Cela ne coûtait presque rien.

Il existe d'autres solutions. Qui vivra verra.




























Longueurs d'obus Fr 380   : 1.90 m
                            Fr 330    : 1.65 m
                           UK 381   : 1.65 m
                           US 406   : 1.82 m (Mk 8)   1.62 m (Mk 3)
                           US 305   : 1.37 m
                           Ger 380  : 1.67 m
                           Ger 280  : 1.25 m