dimanche 30 novembre 2014

L'aviation Italienne en 1940

Pour consulter le post sur l'aviation militaire Allemande, cliquez ici.


La Regia Aeronautica : Il lui manquait un commandement et des buts clairs



L'Aviation Royale Italienne fut, pendant l'essentiel des années 30, une force militairement très importante qu'aucun pays Européen n’aurait pu se permettre de négliger.


Elle disposait d’avions en général dotés d’excellentes qualités de vol et ses pilotes étaient remarquablement formés, bien entraînés et amenés à conduire efficacement des actions audacieuses.


La qualité de la formation Italienne est confirmée par le fait que les premiers as Allemands, ceux qui menèrent la Luftwaffe jusqu’à la fin de la guerre, y avaient été formés (comme le raconte Adolf Galland).


Sur le plan technologique, l’Italie, détentrice pendant 5 ans du record absolu de vitesse aérienne (donc de vitesse absolue) avec l'hydravion Macchi MC 72 fut même le second pays, derrière l'Allemagne et dès Mars 1940, à faire voler un avion à réaction dont la ligne était remarquablement en avance sur l’époque.



Le Campini-Caproni N1 sur ce site - il préfigurait les chasseurs à réaction des années 50


Pourtant, on parle peu et plutôt mal de l’aviation Italienne. 

Cette mauvaise réputation vient de la propagande de tous les pays en guerre avec l’Italie.

Les Français lui reprochaient la déclaration de guerre du 10 Juin 1940, à la fin de la Bataille de France.

Les Allemands firent porter aux Italiens tous les échecs de Rommel comme ils en firent autant vis à vis des Roumains à Stalingrad. Mais c'était avant tout les échecs d'Hitler. 

Mais il y a là une grande injustice, car les succès de l’Afrika Korps furent d'abord des succès Italo-Germaniques.


Les Britanniques firent une épouvantable réputation aux Italiens par pur racisme, bien sûr, mais aussi pour essayer de remonter le moral de leurs combattants qui avaient démontré quand même beaucoup de problèmes, ce qui était la rançon des politiques étrangères et militaire stupides des gouvernements de sa Gracieuse Majesté qui jetèrent Mussolini dans les bras de Hitler.


Ce qui manqua à l'Italie, ce fut une industrie de moteurs cohérente. 

Les Italiens développèrent beaucoup de moteurs mais ils en mirent peu au point, à la fois pour des raisons de manque de réalisme et aussi à cause du lobbying effréné mené par la FIAT. 

Pendant la guerre en Afrique du Nord, l’aviation Italienne souffrit énormément de l’absence de protection contre l’ingestion de sable par les moteurs, ce qui est gênant lorsque les guerres se passent au Sahara... 

La durée de vie des moteurs tomba à une trentaine d’heures (Giancarlo Garello, Bataille Aérienne n°55, la guerre sur le désert : la Regia aeronautica au combat, 1ère partie).



Cette force aérienne souffrit aussi d'une concentration excessive de ses moyens dans quelques bases très bien organisées mais pas assez durcies du point de vue de la DCA comme des infrastructures de protection (beaucoup d'aviateurs furent tués au sol).

Voilà qui aurait dû être préparé longtemps à l’avance.


Les avions de chasse


Au niveau de la chasse, le Fiat CR 32 de 1933-34 avait totalement dominé le ciel d’Espagne durant la guerre civile. 

Facile à piloter, doté d’excellentes performances pour l’époque, extrêmement maniable, il y avait  surclassé non seulement les avions vieillissants comme les Nieuport 52 (qui dataient quand même de 1929), mais encore les avions bien plus récents comme les chasseurs Soviétiques de type I 15 qui étaient ses contemporains exacts.

Malheureusement, quatre années plus tard, en 1940, la chasse Italienne avait pris du retard. 

Le succès du CR 32 avait conduit à commander son descendant direct, ce qui fut catastrophique. 



D'un autre côté, tous les avions Italiens semblent avoir été conçus sans aucun souci d'ergonomie, autrement dit, tous les exemplaires étaient construits comme des prototypes. 

Entre 1939 et 1943, les 2 chasseurs monoplans (Fiat G 50 et Macchi 200) issus du programme de 1936 furent construits à un total à 1850 exemplaires seulement. 

A titre de comparaison, entre Janvier 1939 et Juin 1940, les chasseurs Français Morane 406, Bloch 151/152 et Dewoitine 520 ont été produits respectivement à 1 000 + 660 + 430 = 2100 exemplaires.

|
|--------- Le FIAT CR 42 : Le conservatisme à l'excès.
|
|
|--------- Le Fiat G 50 Frecciaune avancée insuffisante associée à une autonomie 
|            trop limitée et à un équipement radio inexistant ou défectueux.
|
|
|--------- Le Macchi MC 200 Saetta, chasseur qui fit toutes les campagnes de Mussolini.
|---------------------------


Les bombardiers Italiens


Ils étaient bien conçu, en général et couvraient bien tout le spectre des missions.

Les FIAT BR 20 étaient d’excellents et solides bimoteurs qui atteignaient 430 km/h à 5000 m et pouvaient emporter 1600 kg de bombes. 

Ils étaient fiables mais leur structure en tube d’aciers soudée ne favorisait pas la rapidité de leur construction. En tout, il en fut construit seulement 600.



Mais les Italiens préférèrent en général les trimoteurs en bois comme les Savoïa-Marchetti SM 79, qui furent surtout utilisés comme torpilleurs contre la flotte de guerre Britannique. 

Ils volaient à la même vitesse que les Fiat mais semblent avoir été plus manœuvrants.




Savoïa-Marchetti SM 79 - sur Wikipedia


Les CANT Z 1007 bis, dus à l’ingénieur Zapatta, volaient à 460 km/h et portaient jusqu’à 2200 kg de bombes. 

Malheureusement pour leurs équipages, leur structure en bois ne résista ni aux chaleurs Africaines ni au froid du front Russe.


Les Italiens créèrent aussi les avions d’assaut monomoteurs Breda 65 qui furent très efficaces lorsqu’ils furent utilisés correctement. 

Mais ils n’en construisirent qu’un peu plus de 200 et leur escorte de chasse (constituée de biplans) fut incapable de les protéger contre les P 40 D, les Spitfire ou les Hurricane Britanniques, tous trop rapides.



L’Italie développa et construisit même d'excellents quadrimoteurs de bombardement stratégique (Piaggio 108 B) qui démontrèrent l’intelligence pratique de leurs concepteurs.  



Piaggio P 108 B - sur ce site - une authentique forteresse volante. 

Ces avions remarquables entrèrent en service à partir de Mai 1941. 

Quadrimoteurs de construction intégralement métallique, ils avaient une masse à vide de 17 tonnes et de presque 30 tonnes au décollage.

Le plafond variait évidemment en fonction de la charge emmenée entre 6000 et 8500 m.

La vitesse de pointe était de 430 km/h en altitude et la vitesse de croisière de 370 km/h, était supérieure à la vitesse de pointe de l'Armstrong-Whitworth Whitley !

L'armement défensif était remarquablement puissant pour l'époque, avec 6 mitrailleuse de 12.7 mm et 2 mitrailleuses de 7.7 mm, le tout dans des tourelles télécommandées (une grande innovation !).

L'armement offensif pouvait aller jusqu'à 3500 kg de bombes.

La construction s'arrêta après la 35 ème cellule.

Si les Allemands l'avaient adopté, cet avion aurait pu leur fournir un excellent substitut à feu l'Ural Bomber...



Dans l'échec Italien, comme ni avions ni pilotes ne peuvent être mis en cause, c’était donc ailleurs que se trouvaient les problèmes :
  • Le commandement semble avoir été toujours très endormi  ;
  • Les moyens d’alerte, étaient totalement inexistants ;
  • La DCA souffrit d’un manque de rigueur permanent (allant même, le 28 Juin 1940, jusqu’à abattre le SM 79 du Maréchal Balbo, chef suprême sur le front Africain…).


La Regia Aeronautica était soumise aux ordre de généraux "terrestres" - si j'osais, je dirais même "piétons" - dont l'incompréhension de l'utilisation des avions était équivalente à celle de nos généraux de la même époque : Ils considéraient l'Aviation comme une simple artillerie.



3 commentaires:

  1. C'est en lisant l'article, qu'on se rend compte à quel point c'est vrai. On entend beaucoup de pays parler de leur flotte aérienne mais jamais de l'Italie. On comprend mieux maintenant le pourquoi de la chose.

    RépondreSupprimer
  2. Br-20 could only load 1600kg with low fuel quantity, so low range. For that matter Cant Z.1007 could take 2200kg. But this are all theoretical loads. In practice rarely more than 1000kg was employed in operations by medium italian bombers.
    Likewise the 6000-8500 m values are the theoretical plafond of Piaggio 108, in mission practice for long range the cruise speed was around 4500m , the engines Piaggio P.XII RC 35 were rated for 3500m (RC35 means rated for 3500m). This was the main defect of Piaggio 108 compared to American 4 engine bombers that allowed an higher cruise altitude.
    The greatest issue with Italian military in IIème Guerre Mondiale was aircraft engines.



    Note to moderator :You can answer in French i understand. I am just too slow writing.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La relation entre rayon d'action et charge de bombe est caractéristique de l'époque : Vous avez raison de le souligner.

      La différence de plafond (et donc également de vitesse) entre le P 108 B et le B 17 est liée à la présence de turbocompresseurs sur l'avion Américain.

      Le P 133 eut été remarquable...

      Supprimer