jeudi 27 septembre 2012

L'Aviation Allemande en 1940 (révisé le 12 / 11 / 2015)

L'aviation Italienne est maintenant traitée à part, cliquez ici pour consulter cet article..


La Luftwaffe


Il serait évidemment puérile de parler de l'Aviation Française pendant la Bataille de France en Mai et Juin 1940 (voire avant ou après) sans évoquer les deux Armées aériennes Allemande et Italienne qu'elle a combattues.

Si je ne m'en étais pas occupé initialement, c'est que, d'une part, la Luftwaffe, contre laquelle ont eut lieu la très grande majorité des combats des aviateurs Français et Britanniques, a bénéficié d'une couverture médiatique considérable (à la différence de l'Armée de l'Air).


Elle souffre en outre de la volonté de nombreux acteurs d'y apparaître à leur avantage.


Cette Luftwaffe était organisée de manière vraiment moderne.


Bien sûr, comme toutes les aviations militaires des années 30, elle possédait ces organes essentiels que sont la Chasse, le Bombardement et le Renseignement dans une proportion (en nombre d'avions) qui était à peu près la suivante :

  • Chasse : 2/9,
  • Bombardement : 2/3 (6/9),  
  • Renseignement : 1/9.

Cette faible quantité de chasseurs doit être soulignée : Elle indique que les officiers généraux Allemands ne croyaient pas à une guerre à l'Est. 

S'ils y avaient vraiment cru, ils eussent dû tripler leurs effectifs de chasse.


Par contre, elle possédait aussi un véritable organe de Transport, la quasi totalité de l'Artillerie Anti-Aérienne (500 000 hommes initialement) et plusieurs divisions de parachutistes.




Comment gagner une victoire psychologique


Les Britannique ont parfaitement éclairé l'aspect écrasant de l'organisation de la Luftwaffe, son commandement efficace, ses matériels remarquables, etc.


Même si on ne peut que souscrire à la plupart d'entre ces compliments, ils ne sont pas gratuits.


Certes, la Grande Bretagne était sortie "victorieuse" de la Bataille d'Angleterre, puisque Hitler lui a abandonné le terrain.


Mais elle a surtout habilement transformé cette victoire - à la Pyrrhus - en un écrasement médiatique et, du coup, politique de la Luftwaffe, habilement décrite jusque là comme une force invincible.


Toute personne sensée ne pouvait donc qu'en conclure à la bien plus grande puissance de la RAF, donc du Royaume Uni.



La réalité n'était pas vraiment celle-là de Juin 1940 à Juin 1941, loin de là, mais il faut bien reconnaître que le commandement Britannique a bien mieux géré cette bataille aérienne que le commandement Allemand.


Exploitant très intelligemment les failles adverses, les Anglais ont réussi à donner à leurs aviateurs un moral de vainqueurs qui ne les quitta plus jusqu'à ce jour.


L'image de la Luftwaffe que les Britanniques ont léguée à l'Histoire n'est donc pas totalement objective mais elle reste dans notre inconscient collectif.


Je vais essayer de moduler cette image.



|--------- La Luftwaffe : Elle a été pensée et organisée uniquement contre la France : 
|              Elle s'est cassé les dents sur des buts bien plus ambitieux.
|
|--------- La Chasse Allemande :,Elle a tenu son rang d'un bout à l'autre de la Guerre.
|
|--------- Les avions :
|
|----------------- Le Messerschmitt 109, parfait pour la défensive, jusqu'en 1943
|
|----------------- Le Messerschmitt 110, parfait pour la nuit
|
||------------------------------ Le Focke-Wulf 190
|
|
|---------- Le bombardement Allemand : Beaucoup d'atouts et, aussi, de temps perdu
|
|----------------- Le Junkers 87 Stuka : Un outil très efficace (un chapitre interne
|                       à mon post sur le bombardement en piqué)
|
|----------------- Le Dornier 17 : Un cadeau de la Providence pour la Luftwaffe
|
|----------------- Le Heinkel 111 : Une base excellente, des pattes trop courtes
|
|----------------- Le Junkers 88 : Trois ans pour en faire un gagnant, c'était bien trop long !
|
|----------------- Le bombardier de l'Oural : Résultat de la vision d'un vrai stratège,
|                        rejeté faute de moteurs, il manqua cruellement dès 1942.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire