mercredi 20 février 2013

Météorite "furtive" et Science Fiction (du moins, je l’espère)


Une météorite, strictement non détectée auparavant, a éclaté en multiples fragments, avant de frapper la ville russe de Tcheliabinsk le 15 Février 2013. 

Les dégâts sont importants, en particulier au niveau des vitres de la ville concernée (c’est l’hiver et c’est en Oural…) et environ 1500 blessés.

Le site de la NASA nous apprend que cet objet céleste, de 15 m de diamètre environ, donc de plus de 2000 m3, d’une masse estimée à environ 7000 tonnes par l’Agence Spatiale Européenne, se déplaçait à 18 km/sec (soit presque 65000 km/h). 

Son explosion vers 25 km d’altitude aurait dégagé une énergie de 300 kt soit 20 fois la bombe d'Hiroshima (valeur qui me paraît peut-être surévaluée, vu qu'il n'y a pas eu de mort, grâce à Dieu).


Un blog lié au même site nous explique – très clairement - aussi qu’aucun télescope ne pouvait détecter l’objet avant qu’il soit arrivé à moins de 135000 km de la Terre, vu qu’il était de couleur noire et que sa magnitude apparente était supérieure à +24 (pour mémoire, le Soleil a une magnitude de –27).


Une délicieuse incertitude a, par ailleurs, plané sur l’orientation de la trajectoire de l’objet au moment de son entré dans l’atmosphère. 

Cela fait désordre, car même si un objet de cette masse n'est détectable qu'à 135000 km, cela laissait plus de 2 heures de préavis avant impact et portant personne n'a été prévenu où que ce soit.  

Cela signifie que la furtivité de cet objet céleste était plus liée à l'absence de surveillance qu'à son indétectabilité propre.


Peu après l’événement, un charmant ingénieur d’EADS est venu sur une grande chaîne de Télévision Française pour nous dire que la modification de trajectoire des astéroïdes comme celui de 135000 tonnes qui allait nous "frôler" (2012 DA 14) n’était pas un vrai problème. 

Qu’il suffisait de les percuter de la manière adéquate.

Pour modifier la trajectoire d'un objet spatial, il vaut mieux lui apporter une modification de vitesse, parce que, pour obtenir un virage, la quantité d'énergie à mettre en jeu est considérable, d'autant plus que la masse à déplacer est considérable (problème liée à la quantité de mouvement)

Cet ingénieur ne nous a pas dit où il irait chercher l’énergie nécessaire pour réaliser son exploit ni comment il gérerait l’éventuelle fission de l’objet en plusieurs morceaux indépendants, en particulier si l’astéroïde est essentiellement chondritique (= rocheux).


Un politicien Russe, Mr. Jirinovski, à cette occasion, a accusé les USA d’avoir utilisé des armes nouvelles sur la Russie.


Vous savez déjà parfaitement que ceci ne repose sur rien, puisque aucun pays au monde n’est capable d’envoyer un objet de la masse d’une de nos plus récentes frégates (FREMM) à 135000 km de la Terre, et encore moins de la renvoyer à 18 km/s !


Par contre, des objets manufacturés plus denses, bien plus petits mais bien plus dangereux, peuvent échapper à toute détection en suivant ce type de trajectoire.

Comme quoi, la furtivité consiste surtout à venir de là où on n’imagine pas que l’on puisse venir, et j’ai l’impression que personne ne regarde par là.

Il serait peut-être temps d'y penser.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire