mercredi 14 août 2013

Le lancement de l'Izumo, ou la Marine Japonaise de retour dans la cour des grands (Révisé 09 / 06 / 2016))

Le Japon d'après la Seconde Guerre Mondiale (rappel 1)


Fin Août 1945, le Japon avait reconnu sa défaite après 14 années de guerres sauvages de colonisation en Corée et en Chine et un peu moins de 4 années de guerre mondiale contre les USA et les démocraties d'Europe occidentale (Grande Bretagne, France, Pays Bas).

Le lancement des bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki avait été décisif pour terminer cette guerre qu'il avait lui-même déclenché.

Sa défaite s'est traduite par une nouvelle constitution lui interdisant de jouer un rôle politique de premier plan, notamment en lui refusant de disposer d'une armée et d'une marine puissante. 

Par ailleurs, son territoire national fut définitivement amputé des îles situées au Nord d'Hokkaido, attribuées à l'URSS.


Pendant les quarante années qui suivirent, le Japon, n'ayant plus à dépenser de lourdes charges pour sa défense, put se consacrer à transformer son économie pour accéder de manière encore plus rapidement à la recherche scientifique de pointe et, en conséquence, aux technologies les plus avancées du Monde. 

De ce fait, il est également devenu une puissance spatiale remarquable.

Son économie est devenue une des plus puissantes du monde. 

Il était resté, cependant, à peine capable de se défendre, devant compter essentiellement, pour cela, sur l'engagement Américain.



Evolution de la situation stratégique (rappel 2)


La situation a évolué.

La Chine des années 1980, grâce à l'intelligence de ses dirigeants, a tourné le dos aux aberrations soi-disant "révolutionnaires" qui l'enfonçaient dans un sous-développement aussi chronique que dramatique. 

Elle a donc réussi à compter mondialement sur le plan économique puis technologique.

Bien sûr, cela ne s'est pas fait sans sacrifices et l'un des moyens pour faire accepter ces sacrifices fut de développer un nationalisme militant (déjà de mise sous Mao Tsé Toung). 


Le Japon des années 30 avait été particulièrement sauvage lors de ses guerres de colonisation de la Corée et de la Chine

Pour les dirigeants Chinois, il constituait donc le type même de l'épouvantail à agiter devant les masses populaires (comme l'URSS l'avait déjà pratiqué avec la République Fédérale d'Allemagne - traitée de nid de revanchards nazis - entre 1948 et 1990).

L'Armée Chinoise est devenue une des plus puissantes du monde (loin derrière les USA, cependant). 

Elle a développé, entre autres, des missiles à longue portée aptes à réduire très fortement l'influence militaire des porte-avions US (DF 21 D).

{Soi dit en passant, certains imaginent qu'un porte-avion nucléaire apte à 35 kts pourrait éviter par la manœuvre l'impact d'un tel missile. 

Cette photos de l'expériences Baker en 1946 montre que c'est une vue de l'esprit.




Expérience de Bikini du 24 Juillet 1946 : Ce n'était qu'une petite bombe nucléaire
}
Dans le même temps, le Royaume héréditaire marxiste (?!) de Corée du Nord s'est lui aussi redressé mais suivant un mode presque exclusivement militaire. 

Il est devenu une puissance nucléaire et est devenu une puissance spatiale.

{Ne nous laissons pas, cependant, envahir par de faux semblants : Les dirigeants de ce pays, s'ils manient trop souvent la menace nucléaire, ne partagent pas du tout la folie meurtrière de certains fanatiques géographiquement bien plus proche de nous.}


Depuis 2008, un autre facteur s'impose peu à peu : Les USA ne jouissent plus de la toute puissance dont ils bénéficiaient de 1945 à 2000.

Leur économie a fini par être mise à mal par la dérégulation Reaganienne et certains de ses programmes militaires sont actuellement hors de contrôle [comme le bombardier "furtif" Lockheed-Martin F 35 (JSF), par exemple]. 

Donc, si les USA peuvent faire très mal à n'importe quel pays du Monde, ils ne peuvent plus vraiment protéger leurs alliés, une situation qui rappelle la notre à la fin des années trente mais que nos Alliés Européens ne perçoivent d'ailleurs nullement.

En conséquence, le Japon se trouve réellement en situation dangereuse.



L'Izumo, premier porte-avion Japonais depuis 1945 


Le 6 Août 2013, date symbolique, le Japon a lancé l'Izumo, un grand navire de 248 m de long et 34 m de large, jaugeant 27 000 tonnes en charge. 




Le porte-aéronef Izumo : Une bien grosse bête, donc beaucoup de possibilités.


Ses 4 turbines lui fournissent 112 000 Cv, assurant une vitesse de 30 kts.

Ce grand navire est rangé par la Marine de Défense Japonaise parmi les destroyers porte-hélicoptères. 

Le photo-montage ci-dessus montre aussi l'Hyuga, un des 2 porte-hélicoptères Japonais qui ont précédé l'Izumo.

Si  les deux porte-hélicoptères qui viennent d'entrer en service ont des points communs avec nos Mistral, l'Izumo est d'une toute autre nature. 


Ses dimensions très supérieures comme l'absence de radier en font un vrai porte-avions.

Evidemment, qui peut le plus peut le moins : Les Japonais peuvent en faire un simple porte hélicoptères.

Mais cela ne serait pas très rentable. 


Reste, bien sûr, que pour l'instant ce navire ne dispose pas du tremplin adapté au lancement d'avions à décollage court et atterrissage vertical du style Harrier ou F35 B.

Il ne dispose pas d'avantage de piste oblique ni des catapultes permettant de lancer des F18 ou des Rafale.

Mais j'imagine que la transformation ne doit pas être difficile ni demander beaucoup de temps.


Depuis que j'ai écrit cet article, l'Izumo a vu lancer un bâtiment-frère, le Kaga, qui semble être un peu plus rapide. 

Dans tous les cas, c'est un puissant atout.




Epilogue


Au moment où les ressources de la planète tendent à montrer leurs limites prochaines, donc leur extrême valeur, la Chine fait naviguer son premier porte-avions. 

Bien sûr, l'Inde en fait de même. Ces deux pays sont décidés à conquérir les gisements qui seront disponibles près d'eux..


Mais le Japon, quels qu'aient été les crimes de certains de ses dirigeants morts depuis longtemps, a, lui aussi, pleinement le droit de se défendre.

Il lui faudra donc des avions de combats et de précieux pilotes. 


Je ne serais pas autrement étonné si, sur ce plan, les Japonais innovaient au niveau des drones de combat.

En effet, pour les citoyens de ce pays ami, comme pour tous les autres citoyens de par le Monde, la Souveraineté Nationale est un bien très précieux.




2 commentaires:

  1. Le Japon est dans une situation difficile avec à ces abords des voisins remuants et encombrants. La Russie au nord, la Chine à l'ouest et dans une moindre mesure la Corée du nord.
    Elle a tout de même trois chances.
    - Elle n'a pas de besoin de forces expéditionnaires et peut donc se concentrer sur ses abords qui sont néanmoins larges (archipel).
    - Elle n'a pas à développer d'arme nucléaire car pour le moment elle bénéficie du parapluie américain. Elle peut donc se focaliser sur le conventionnel.
    - Sa structure archipélagique lui impose ses axes d'investissement. Une marine et une aéronautique fortes. Les forces terrestres sont moins primordiales.

    Le budget de la défense japonais est limité à 1% du PIB (plus si on compte les gardes-cotes qui sont musclés chez eux). Vu leur situation économique je ne suis pas sûr qu'il puisse faire mieux.

    Pour en revenir à l'Izumo je me demande quel est le rôle de ce gros porte Hélicoptère ? une plate forme ASM ? L'appeler aujourd'hui Porte avion est impossible puisque qu'aujourd'hui le Japon n'a ni Harrier ni F-35B(STOL). Ce n'est clairement pas un vaisseau de débarquement comme nos Mistral.

    RépondreSupprimer
  2. Nous sommes d'accord sur ces points.

    Je remarque que si vous dites que ce n'est pas un porte-avions à ce jour et que ce n'est pas un navire de débarquement, c'est donc que l'engin se dévoilera d'ici quelque temps...

    C'est donc le suspens !

    RépondreSupprimer